/weekend
Navigation

«Je suis une Viking»: Zelda construit sa propre légende

Andrew David Macdonald
Photo courtoisie, Ali A. Unal Andrew David Macdonald

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré par ses propres expériences familiales, Andrew David Macdonald a imaginé le récit d’une jeune fille pas comme les autres pour son premier roman, Je suis une Viking. Zelda, 21 ans, est une fan des Vikings, des runes et du vieux norrois. Elle décide de construire sa propre légende lorsqu’elle réalise que son frère est dans le pétrin.

<b><i>Je suis une Viking</i></b><br/>
Andrew David Macdonald<br/>
NIL Éditions<br/>446 pages
Photo courtoisie
Je suis une Viking
Andrew David Macdonald
NIL Éditions
446 pages

Zelda n’est pas comme les autres... parce que sa mère buvait quand elle était enceinte. Elle adore son grand frère Gert, qui prend soin d’elle, et son amoureux Marxy. 

Zelda, animée par les épopées légendaires des Vikings, rêve de combats à l’épée. Elle est convaincue d’avoir les pouvoirs nécessaires pour combattre les méchants de ce monde. Mais elle ne sait pas dans quelle aventure elle se plonge lorsque son frère Gert s’allie à des malfrats pour payer ses factures.

Andrew David Macdonald explique que son histoire est en partie inspirée du vécu de sa sœur qui avait des problèmes de santé mentale, et de sa mère qui a développé une maladie mentale quand il était très jeune. «J’ai eu beaucoup de difficulté à la comprendre», dit-il.

Le roman comme tel dérive d’une nouvelle écrite il y a quelques années sur le sujet, du point de vue du grand frère. Cette fois, l’écrivain a repris son histoire, la racontant du point de vue de Zelda. « J’ai décidé qu’elle allait être totalement fascinée par les Vikings. Ça s’est placé tout seul... parce que je n’ai pas d’intérêt particulier pour les Vikings », dit-il.

Petit à petit, le personnage de Zelda s’est incarné. «Les Vikings m’ont permis d’expliquer comment Zelda voyait les choses. Elle voit les choses de façon très tranchée, comme les héros et les légendes.»

Les problèmes qu’elle affronte sont d’ordre universel, poursuit-il. «Sa première expérience romantique intime est un désastre total. Elle est nerveuse. Mais ça correspond pas mal aux premières expériences de tout le monde que je connais. Je pense qu’on essaie tous d’être authentiques, dans un monde qui préférerait nous caser dans des moules.»

Un monde compliqué

Zelda réalise que le monde est extrêmement compliqué et prend tout au premier degré. Ses maladresses et sa difficulté à comprendre le monde donnent lieu à des scènes tragi-comiques, entre autres dans sa vie amoureuse avec Marxy. 

«Zelda et Marxy s’aiment, mais en termes d’intelligence et de développement, ils ne sont probablement pas faits l’un pour l’autre. Zelda est entre deux mondes, et c’est encore plus difficile pour elle de trouver sa place.»

Andrew David Macdonald s’est intéressé aux Vikings au fur et à mesure de l’écriture, en suivant les pas de Zelda. « J’ai terminé le livre... et j’ai lu un article dans le National Geographic qui parlait de la découverte des restes d’une guerrière viking. J’ai dû trouver une manière d’ajouter cette découverte à la dernière minute. Impossible de faire autrement ! » 


♦ Andrew David Macdonald a grandi à Edmonton, en Alberta.

♦ Il a remporté le Western Magazine Award for Fiction et a fait partie de la sélection du Canadian National Magazine Award for Fiction.

♦ Il vit dans le sud-ouest de l’Ontario.