/entertainment/movies
Navigation

Lente reprise pour les cinémas

Les cinéphiles ne se bousculent pas aux portes

ART-CINEMA-GUZZO-COVID
Photo d’archives Le président des Cinémas Guzzo, Vincent Guzzo, mise sur les blockbusters.

Coup d'oeil sur cet article

Trois semaines après avoir rouvert leurs portes, les cinémas du Québec fonctionnent encore au ralenti et peinent à attirer les cinéphiles dans les salles. « En ce moment, on est à 10 % ou 15 % du chiffre d’affaires qu’on fait normalement à cette période-ci de l’année », indique le président des Cinémas Guzzo, Vincent Guzzo. 

Pour M. Guzzo, le principal problème auquel les cinémas font face depuis leur réouverture se résume assez simplement : il manque de nouveaux films pour ramener les spectateurs dans les salles. Hollywood a repoussé la sortie de plusieurs de ses gros blockbusters de l’été à cause de la pandémie et les cinémas doivent s’appuyer sur de vieux films américains et quelques rares nouveautés québécoises et françaises pour bâtir leur programmation.

« Ça va être difficile de continuer comme ça si on n’a pas davantage de films porteurs à offrir d’ici la fin de l’été, a admis lundi Vincent Guzzo. On fonctionne à perte en ce moment. Je vais perdre plus de cash flow pendant le mois de juillet que j’en ai perdu pendant que mes cinémas étaient fermés en avril, mai et juin. »

Tenet à la rescousse !

Vincent Guzzo se dit toutefois convaincu de voir le public retourner dans les salles dès que de nouvelles productions hollywoodiennes prendront l’affiche. L’homme d’affaires mise beaucoup sur la sortie du film d’animation Bob l’éponge (à la mi-août), mais surtout sur celle du thriller d’action Tenet qui débarquera enfin sur nos écrans le 26 août. «Tenet, c’est le film qu’on attend depuis des semaines pour repartir la machine !», lance Guzzo.

Il reste que l’absence de nouveautés a commencé à faire des victimes au Québec. Le Cinéma 9, à Gatineau, a fermé ses portes jeudi pour une période indéterminée en raison des pertes financières qu’il encaissait depuis sa réouverture : « On s’est dit : aussi bien stopper l’hémorragie et attendre que la situation se rétablisse », a expliqué le propriétaire du complexe, Didier Farré. 

Le propriétaire du Cinéma Pine, à Sainte-Adèle, a quant à lui annoncé lundi sur Facebook que l’incertitude de la situation actuelle le forçait à fermer son Complexe 2 : « On doit malheureusement le fermer (temporairement, nous espérons), à cause de la pandémie et du retard de nos fournisseurs à nous donner des nouveaux films », a indiqué Tom Fermanian en déplorant également « l’aide inexistante des gouvernements ». 

Paradoxalement, le gouvernement Legault a annoncé la semaine dernière que le nombre maximal de spectateurs dans les salles pourra passer de 50 à 250 à compter du 3 août.