/news/politics
Navigation

Une autre démission à Saint-Élie-de-Caxton

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON | Une deuxième conseillère municipale a claqué la porte de Saint-Élie-de-Caxton en moins de 10 jours, ce qui porte à cinq le nombre de démissions d'élus depuis l'arrivée en poste du maire Robert Gauthier.

Le maire a refusé de commenter la situation, lundi, en faisant valoir que cette information ne sera rendue publique que la semaine prochaine.

Élaine Legault a ainsi succédé à Charline Plante, qui a démissionné le 9 juillet dernier.

«Des élus municipaux, il n'y en a pas 114, il y a six conseillers/conseillères sur la table du conseil municipal. Six! Il y a cinq démissions», a souligné le conteur et citoyen Fred Pellerin.

Avec les remplacements, ce sont maintenant quatre conseillers sur six qui siègent.

Cette semaine a également été marquée par le congédiement de la secrétaire-trésorière Isabelle Bournival. Cette dernière avait quitté son poste de directrice générale en 2016, et la Ville avait dû lui verser 23 000 $ dans un règlement à l’amiable puisqu’elle alléguait avoir été victime d’harcèlement psychologique de l’ancien maire Réjean Audet.

Malgré le dépôt d’une pétition de plus de 1000 noms à l’Assemblée nationale en novembre dernier, aucune enquête sur la gestion de la municipalité n'a été entreprise par le ministère des Affaires municipales.

«On demande à la ministre [Andrée Laforest] d'agir le plus vite possible. Ça fait déjà neuf mois qu'on a déposé la pétition. [...] Plus ça traîne, plus l'hémorragie continue», a souligné l'une des initiatrices de la pétition, Carole Garceau.

Des commerçants commencent à en avoir assez que Saint-Élie ait mauvaise presse, au point de souhaiter l'intervention de Québec.

«Il y a des problèmes de gestion à Saint-Élie. Il ne peut pas y avoir autant de démissions et que tout aille bien», a souligné la commerçante Isabelle Héroux.

«Saint-Élie-de-Caxton a besoin d'aide», a renchéri Fred Pellerin.