/news/coronavirus
Navigation

Des partys responsables de plusieurs infections

Une vingtaine de cas ont été rapportés ces derniers jours

Coup d'oeil sur cet article

À eux seuls, trois rassemblements privés sont à l’origine d’une vingtaine de cas d’infections à la COVID-19 dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, s’alarment les autorités de santé publique.

• À lire aussi: Il a vu des gens de 40 ans mourir et des gens de 30 ans passer «extrêmement proche»...

• À lire aussi: COVID-19 et partys de jeunes ne font pas un bon ménage

Le bilan de la contagion est reparti à la hausse en début de semaine dans la région de Québec.

Alors que la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, s’inquiétait lundi de la multiplication des éclosions dans des soirées privées et sensibilisait les adolescents et les jeunes adultes aux conséquences «potentiellement désastreuses» de la COVID-19, de nouveaux cas reliés à des partys ont été recensés ces derniers jours.

Lundi, le CIUSSS de la Capitale-Nationale faisait état de 16 nouvelles personnes atteintes de la COVID-19, qui ont été contaminées par transmission communautaire, a indiqué Mathieu Boivin, porte-parole du centre régional de santé.

«Ils sont liés à deux événements privés», a-t-il affirmé, y voyant la démonstration «[qu’]il faut respecter plus que jamais les consignes» comme la limite du nombre d’invités et le port du couvre-visage quand la distance physique est difficile à observer.

À Lac-Etchemin, un «party piscine» a également été associé à quatre cas de contamination jusqu’à présent et a entraîné l’isolement de 16 individus, selon le CISSS de Chaudière-Appalaches.

Par ailleurs, cette région doit composer avec une seconde éclosion dans un milieu de travail à Saint-Jean-Port-Joli. Huit travailleurs de l’entreprise Plastiques Gagnon ont reçu un diagnostic positif en date de mardi.

«Moi, c’est la vitesse à laquelle ça se propage. Je suis vraiment surpris, parce qu’on avait la moitié des cas environ [qui] étaient asymptomatiques», affirme le directeur général de Plastiques Gagnon, Dany Tremblay.

Ce dernier se dit d’autant plus étonné, alors que l’entreprise croyait avoir «tout mis en place» pour se prémunir contre la pandémie, ayant mis de l’avant 56 actions bien avant l’éclosion. La quasi-totalité des employés a pu être testée, vendredi et lundi dernier.

«Le virus est encore là»

Ces deux récentes éclosions sont les premières répertoriées en plus de deux mois dans Chaudière-Appalaches, et surviennent dans des régions qui avaient été largement épargnées lors des premiers mois de la crise, ce qui préoccupe la directrice de santé publique de ce territoire.

«On a deux éclosions en cours dans deux milieux où il ne devrait pas y en avoir», déplore la Dre Liliana Romero, en soulevant que «le virus est encore là» et qu’il faut continuer de «se protéger».


Rappelons que les rassemblements privés, autant extérieurs qu’intérieurs, doivent se limiter à un maximum de 10 personnes provenant de trois ménages, et que la distance de deux mètres doit être maintenue entre les individus qui n’ont pas la même adresse.