/finance/business
Navigation

Dominique Anglade demande à Walmart de reculer sur les «frais inacceptables»

La cheffe libérale Dominique Anglade
Photo Simon Clark La cheffe libérale Dominique Anglade

Coup d'oeil sur cet article

La décision de Walmart d’imposer des « frais inacceptables » à ses fournisseurs risque de provoquer des faillites en chaîne, craint la cheffe libérale Dominique Anglade, qui demande au géant du détail de reculer.

• À lire aussi: Walmart investira 3,5 milliards $ au Canada

« Ça va entraîner un certain nombre de faillites. On parle d’entreprises familiales, de mères, de pères qui vont perdre leur emploi, alors qu’on tente de penser à une relance économique », affirme Mme Anglade en entrevue avec Le Journal

Elle est particulièrement choquée du moment choisi par Walmart. Alors que les transformateurs et les producteurs sont affectés par la pandémie et voient leurs coûts de production en hausse, la multinationale, qui est restée ouverte pendant le confinement, vient les affaiblir davantage.

  • Notre chroniqueur écnomique Michel Girard était à l'émission de Pierre Nantel sur QUB radio:

Le Québec plus touché

Walmart Canada a annoncé la semaine dernière des investissements de 3,5 milliards dans ses magasins et son site web. La compagnie compte toutefois faire payer ses fournisseurs pour ces investissements, en réduisant leurs versements de 1,25 %, et même de 6,25 % pour les ventes en ligne, a rapporté le quotidien La Presse. 

Ce sont des sommes « très importantes » dans un secteur où les marges de profits sont « très faibles », a souligné Mme Anglade. Elle fait un constat troublant : le Québec sera particulièrement touché par cette décision « unilatérale », car la province comporte beaucoup de petites entreprises, plus fragiles.  

À son avis, une réaction forte de la classe politique et du secteur économique pourrait faire reculer Walmart Canada. 

Du côté du gouvernement Legault, le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, se dit « déçu » de la décision de Walmart dans une communication écrite envoyée au Journal

« Les agriculteurs et les transformateurs québécois traversent une période difficile et nous aimerions que les entreprises présentes sur le territoire québécois en tiennent compte dans leur décision », a indiqué Simon Bachand, responsable des communications au cabinet de M. Lamontagne.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.