/opinion/columnists
Navigation

Les soldats québécois anti-COVID

Alexis Cossette-Trudel
Capture d'écran, Youtube Québec: du catholicisme au complotisme. Quel parcours!

Coup d'oeil sur cet article

J’avoue que j’ai longtemps hésité avant de croire que nos médias traditionnels devaient offrir des tribunes de première classe aux complotistes, qui prétendent être des défenseurs de la liberté.

Or l’évolution de ce mouvement au Québec doit nous inquiéter grandement. D’abord, il s’inscrit dans une mouvance occidentale.

J’ai vraiment eu un choc en voyant des gens à visage découvert invectiver des journalistes en fin de semaine à Montréal et à Québec. Dans la capitale, des matamores en tenue de combat ne se sont pas contentés d’enlacer – le mot est trop anodin – mais ils ont carrément immobilisé notre journaliste Kariane Bourassa avec leurs corps musclés, souriant comme des prédateurs qui retiennent leur proie. L’image de cette agression vaut mille mots.

Que dire de l’offense faite au drapeau du Québec qu’ils souillent en écrivant sur le fleurdelisé leurs slogans supposément libertaires ? Et quelle injure aussi que de brandir le drapeau des Patriotes ! De quoi faire se retourner dans sa tombe Chevalier de Lorimier, exécuté par les Anglais pour avoir réclamé l’indépendance du Bas-Canada. Il mourra sur l’échafaud en 1839, à l’âge de 35 ans.

Insultes

Ces incrédules, qui s’opposent au port du masque obligatoire et minimisent la gravité de l’actuelle pandémie mondiale, envahissent la rue tout en insultant les citoyens et les autorités politiques et médicales.

Il y a pire encore. Des médecins se tournent vers les réseaux sociaux pour nier l’importance du virus. Un médecin québécois, le Dr Marc Lacroix, mène sa propre vendetta contre son confrère, Horacio Arruda, qu’il traite de bouffon. Propriétaire des Cliniques médicales Lacroix, le Dr Lacroix dénonce à longueur de semaine le port du masque. Il remet aussi en question les « supposés » effets de la distanciation.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Le médecin fut le premier à offrir le test sérologique pour détecter la COVID-19. Ce test est dispendieux (autour de 199 $). On serait donc tenté de croire que son opposition au port du masque et à la distanciation physique s’explique par son choix personnel d’offrir plutôt le test.

Prudence

Car nombre de médecins contestent l’efficacité de ce test, dont les résultats ne seraient pas à la hauteur des attentes.

Le Collège des médecins appelle à la prudence en rappelant que les médecins doivent respecter leurs obligations déontologiques, même lorsqu’ils parlent à titre personnel. 

Ajoutons que le Dr Lacroix a invité les gens à manifester dimanche dernier devant l’Assemblée nationale contre le port du masque. Mais sur les pancartes, on s’opposait aussi au vaccin.

Cependant, il faut éviter de caricaturer à outrance tous ces opposants, qui vont jusqu’à nier l’existence de la pandémie. Ils sont les groupies de personnes instruites qui adhèrent aux thèses d’extrême droite, si chères aux supporters de Trump.

Au Québec, l’intellectuel Alexis Cossette-Trudel, docteur en sciences religieuses de l’UQAM, l’organisateur des manifestations de Montréal et de Québec, est le gourou de milliers de conspirationnistes. Ex-président des jeunes péquistes, il a pris le virage de l’extrême droite. Fils de Louise Lanctôt et neveu de Jacques Lanctôt, anciennement du FLQ, l’homme est suivi par des disciples qui lui vouent une admiration sans bornes. Son mouvement a pris de l’ampleur grâce à ses interventions sur les réseaux sociaux, preuve que l’endoctrinement n’est pas qu’une affaire d’ignorance. 

C’est bien là le danger.