/finance/opinion/columnists
Navigation

Ottawa échappe une occasion en or

Coup d'oeil sur cet article

Le prix de l’or a atteint hier un prix record de 1942 $ US l’once. On s’attend à ce qu’il fracasse la barre des 2000 $ US bientôt.

Mais aussi incroyable que cela puisse paraître, sachez que le Canada est le seul pays du G20 qui ne possède aucune once d’or dans ses réserves officielles de change, ayant décidé dans les années 90 de liquider massivement ses réserves d’or.

Pas sûr que c’était une bonne décision gouvernementale de se défaire totalement de ses réserves d’or. Il faut savoir que le gouvernement fédéral a déjà détenu 1023 tonnes d’or dans ses réserves officielles. Ce qui vaudrait aujourd’hui 63 milliards de dollars américains, soit 84 milliards $ CA.

Les plus gros détenteurs de réserves d’or sont par ordre décroissant les États-Unis (8133 tonnes), l’Allemagne (3364 tonnes), le Fonds monétaire international (2814 tonnes), l’Italie (2452 tonnes), la France (2436 tonnes), la Russie (2299 tonnes), la Chine (1948 tonnes), la Suisse (1040 tonnes), le Japon (765 tonnes) et l’Inde (655 tonnes). 

Mais...

Étant donné que le Canada fait partie du top 5 mondial des pays producteurs d’or, la forte poussée du cours de l’or va générer de lucratives retombées économiques grâce à la production aurifère.

Le World Gold Council évalue la production canadienne du précieux métal jaune à 183 tonnes par année. Le Canada occupe actuellement le 5e rang au monde.

Le premier producteur d’or au monde est la Chine, avec une production annuelle de 383 tonnes d’or. Suivent ensuite la Russie (329 tonnes), l’Australie (325 tonnes) et les États-Unis avec 200 tonnes d’or par année.

Hausse spectaculaire

Si la tendance se poursuit, la flambée à la hausse du précieux métal jaune devrait lui permettre de franchir la barre des 2000 $ US dans un proche avenir.

Depuis le 16 mars dernier, le cours de l’or a bondi de 492 $ US l’once. Une spectaculaire hausse de 34 %. Cependant, il ne faudrait pas se surprendre de voir une correction survenir prochainement, avant de repartir tester de nouveaux sommets.

La mise en garde étant faite, plusieurs facteurs jouent présentement en faveur du cours de l’or.    

  • La mise en place des vastes plans de survie financière et de relance économique tant en Europe et aux États-Unis qu’au Canada.    
  • Les énormes déficits budgétaires générés par les plans gouvernementaux d’aide financière.    
  • La chute des taux d’intérêt a eu pour effet de réduire à néant ou presque le rendement des obligations gouvernementales et des placements sans risques.    
  • La faiblesse relative du dollar américain, laquelle pousse à la hausse le prix des matières premières.        

Les optimistes

Selon Ross Norman, directeur général du Metals Daily, « pratiquement tout va dans le sens de l’or – dette record, augmentation épique de la masse monétaire, rattrapage de l’argent, rendements réels négatifs et même correction du dollar », a-t-il déclaré au site financier MarketWatch.

Deux autres facteurs jouent en faveur du cours de l’or, selon George Gero, directeur général de RBC Gestion de patrimoine : l’escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis, et les prochaines élections américaines.

Si vous détenez des titres aurifères, vous aurez constaté qu’ils se sont grandement appréciés depuis la mi-mars, alors que plusieurs ont plus que doublé de valeur.