/misc
Navigation

Colistière de Biden: le sprint final

Colistière de Biden: le sprint final
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Joe Biden s’est engagé hier à annoncer l’identité de sa colistière la semaine prochaine. Une surprise est toujours possible, mais je crois qu’il valorisera d’abord l’expérience.

Bien souvent dans l’histoire, on a surévalué l’importance de l’identité du colistier. Si ce choix a une certaine influence sur les résultats de l’élection, la plupart du temps, le vice-président reste loin de la mêlée par la suite, malgré des exceptions importantes comme celles de Dick Cheney ou de Joe Biden lui-même.

On avance que Joe Biden cherche une candidate qui lui permettra de reproduire la complicité bien réelle qu’il a développée avec Barack Obama. 

Habitué aux projecteurs, expérimenté et fort en gueule, Biden a su devenir un compagnon de route loyal pour le président. Solidaire en public, il n’a jamais hésité à présenter sa vision des choses en privé. Barack Obama a su bien exploiter le bagage de son confident et il lui a confié de nombreuses responsabilités.

Non seulement la candidate retenue devra donc avoir une personnalité qui se marie bien à celle du candidat démocrate, mais elle devra également posséder les qualités requises pour remplacer celui-ci au pied levé. Considérant l’âge de Joe Biden, plus que jamais la vice-présidente pourrait bien être «just a heartbeat away from the presidency», à un battement de cœur de la présidence. 

De plus, l’ancien vice-président s’est lui-même dépeint comme un candidat de transition. La porte est donc ouverte pour 2024.

Qui donc peut offrir au candidat démocrate tout ce qu’il recherche? Si les Keisha Lance Bottoms, Val Demings et Stacey Abrams ont toutes des compétences et des qualités personnelles qui justifient qu’on se soit intéressé à leur candidature, elles présentent toutes la même petite faille en regard des exigences présentées plus haut: peu d’expérience en politique fédérale.

Vers qui Biden va-t-il se tourner alors? Trois choix me semblent correspondre aux qualités recherchées par l’ancien sénateur: Kamala Harris, Susan Rice et Karen Bass. Le nom de la première figure dans le haut de la liste depuis le début des primaires.

Mme Harris a assurément les compétences et l’expérience. Saura-t-elle être une confidente loyale? Servira-t-elle d’abord le président ou se préparera-t-elle activement pour 2024? Kamala Harris est la favorite.

Susan Rice, ancienne conseillère de Barack Obama, connaît bien Biden. Rice a une longue feuille de route (Nations unies et sécurité nationale) et elle a démontré sa loyauté à de nombreuses reprises. Karen Bass est une élue de la Californie à la Chambre des représentants. 

Présidente du Caucus noir du Congrès, elle constituerait une alliée précieuse pendant une période marquée par d’incessantes manifestations de la communauté noire.

Les noms des sénatrices Elizabeth Warren et Tammy Duckworth ont également beaucoup circulé. Je m’y intéresse moins parce que je demeure convaincu que parmi toutes les femmes compétentes sur les rangs, Biden arrêtera son choix sur une candidate noire. 

Je n’oublie cependant pas que Warren a démontré sa connaissance de la machine administrative et qu’elle saurait prendre la relève de Biden si ce dernier devait se retirer.

La sénatrice Duckworth a une histoire personnelle fascinante. L’ancienne pilote d’hélicoptère de l’armée américaine a perdu ses deux jambes au combat. Elle impressionne en reprenant du service après treize mois d’une difficile rééducation. 

Après un passage au département des Anciens Combattants, elle est élue à la Chambre en 2012, devenant la première femme handicapée à remporter un mandat. 

Comme si ce bilan ne suffisait pas à impressionner, son parcours politique est ponctué de deux grossesses et c’est elle qui fait tomber la loi interdisant de siéger avec son enfant.

En bonne posture dans les sondages, le candidat démocrate cherche moins une colistière qui lui permettrait de conquérir un nouvel état ou de gagner une clientèle électorale précise. 

Il cherche plutôt une alliée loyale et expérimentée. 

Son choix final reposera d’abord et avant tout sur la chimie développée pendant le processus de sélection.

Si Kamala Harris trône au sommet de la plupart des listes des analystes depuis le départ, avec Susan Rice, le candidat démocrate serait en terrain connu alors qu’avec Karen Bass il enverrait un message particulièrement fort à la communauté noire. 

Les paris sont ouverts et nous connaîtrons l’identité de la gagnante la semaine prochaine.