/sports/racing
Navigation

Des voitures sur le circuit du Grand Prix de Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | Faute d'en avoir un complet cette année en raison de la pandémie, on a eu droit mercredi à une version miniature du Grand Prix de Trois-Rivières. De rutilantes et puissantes voitures Ferrari, actuellement en rallye au Québec, ont roulé sur la piste, mais sans spectateurs.

Les pilotes, originaires de la région de Toronto, ont pu se promener sur le circuit à condition de respecter les limites de vitesse et sous escorte policière.

«C'est simplement pour leur plaisir de rouler sur les mêmes rues qui ont servi à lancer les carrières de Gilles Villeneuve, de Keke Rosberg, d'Alan Jones, de Patrick Carpentier, des frères Dumoulin, d'Andrew Ranger et d'autres», a expliqué le directeur du Grand Prix de Trois-Rivières, Dominic Fugère.

L'annulation de l'édition du Grand Prix a causé beaucoup de déception dans le milieu de la course automobile. Le pilote de Nascar Louis-Philippe Dumoulin, vainqueur à Trois-Rivières l'an dernier, reconnaît qu'il a des fourmis dans les jambes.

«Tu te lèves le matin en pensant à ça. Tu te couches le soir en pensant à ça. C'est sûr qu'en ce moment, c'est très difficile. Par contre, on travaille beaucoup avec le personnel en atelier pour vraiment améliorer les voitures», a indiqué le coureur.

Ce sera la seconde fois depuis sa création en 1967 que le Grand Prix fait relâche. L'événement avait été contraint de prendre une pause de trois ans en 1986 en raison de problèmes financiers, pour finalement revenir en piste en 1989.