/news/coronavirus
Navigation

Éclosion de COVID-19: d’autres renforts dépêchés à l’Auberge aux Trois Pignons

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 70 employés du CIUSSS de la Capitale-Nationale sont désormais mobilisés à l’Auberge aux Trois Pignons, qui fait l’objet d’une enquête indépendante en raison des lacunes constatées sur les lieux après une éclosion de coronavirus.

• À lire aussi: COVID-19: l’Auberge aux Trois Pignons visée par une enquête

Ces effectifs déployés d’urgence dans cette résidence privée pour aînés de l’arrondissement Beauport proviennent de différents établissements de santé de la région (GMF, CHSLD, etc.). Au début de l’éclosion, il y a deux semaines, le CIUSSS y avait dépêché 30 employés. Un nombre qui est passé à 50, en début de semaine, pour finalement atteindre 70, mercredi. 

« Certains ont décidé de retarder leurs vacances pour venir prêter main-forte », a souligné la directrice adjointe du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Nancy Drouin, qui ne craint pas que ces déplacements de personnel entraînent des ruptures de service à d’autres endroits.  

 « On ne met pas d’autres sites du CIUSSS en péril pour venir desservir ici », a-t-elle assuré lors d’un point de presse devant la résidence. 

Trente départs

Rappelons qu’après un dépistage général effectué sur place les 11 et 12 juillet derniers, 21 résidents ont été déclarés positifs à la COVID-19, en plus de sept employés. On y déplore depuis trois décès. 

Parmi la cinquantaine d’employés qui se relayaient jour et nuit pour prendre soin des résidents avant l’éclosion, seulement une vingtaine se présentent encore au travail aujourd’hui. 

Ces derniers sont désormais gérés par le CIUSSS de la Capitale-Nationale, qui a annoncé mardi la prise en charge complète des soins et services offerts aux résidents. 

« Dans notre estimation, on est à près d’une trentaine de personnes [employées par la résidence] soit qui sont malades, soit qui ont quitté », a rapporté Mme Drouin. 

Ces départs simultanés expliqueraient en partie pourquoi les soins se sont à ce point dégradés, comme l’ont dénoncé publiquement deux médecins et des proches de résidents.

« Certains [employés de la résidence] ont quitté le navire, mais certains sont restés. [...] J’en profite pour les remercier, ce n’est pas une situation qui est facile pour eux », a souligné Mme Drouin, qui invite les démissionnaires à revenir. 

« On invite les gens à nous recontacter s’il reste des craintes, s’il reste des peurs », a dit Mme Drouin. « On est maintenant à la sixième journée sans nouveau cas positif au niveau des résidents, ce qui est excessivement positif », a-t-elle insisté.

Une ligne téléphonique a aussi été mise en place pour les proches des résidents, qui seront tous contactés prochainement. Il s’agit du 418 663-1742, poste 8422.