/misc
Navigation

Melania Trump et Jackie Kennedy

Melania Trump
Photo AFP Melania Trump

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son entrée à la Maison-Blanche, Melania Trump a préféré être discrète. Malgré les rumeurs lancées par quelques journalistes ou chroniqueurs de sites de potins, elle conserve un profil bas. Dès le départ, elle a préféré la résidence new-yorkaise du couple pour permettre à son fils de terminer son année scolaire. Contrairement à son mari, elle fuit la controverse et n’embrasse que des causes consensuelles.

Lundi, la première dame utilisait les réseaux sociaux pour lancer un projet. Seule aux commandes, elle a annoncé qu’elle superviserait un réaménagement et une rénovation de la roseraie de la Maison-Blanche, véritable vitrine emblématique de la présidence. Les travaux ne choqueront personne, mais certains détails de l’annonce, de même que le moment retenu pour présenter le projet, n’ont pas échappé aux observateurs.

Si c’est la femme de Woodrow Wilson qui a d’abord développé ce projet de roseraie en 1913, on retient surtout les initiatives de Jackie Kennedy, décidée à embellir la Maison-Blanche dans son ensemble pour y faire régner culture et charme historique. La roseraie telle que nous la connaissons est le résultat de la collaboration entre Kennedy et Rachel «Bunny» Lambert Mellon.  

Selon les informations divulguées par la première dame, au-delà de la mise à niveau du système électrique et des installations d’irrigation et de drainage, Melania Trump souhaite redonner à la roseraie le cachet initial imaginé par l’épouse de JFK. 

Ce n’est pas la première fois que Melania Trump s’associe à Jackie Kennedy (par exemple dans le choix de ses tenues) et à l’administration démocrate de JFK. Le message qu’elle envoie en est un d’ouverture et de respect des traditions. Le couple Kennedy est devenu mythique et, malgré toutes les révélations entourant les infidélités du premier président catholique, l’image qui perdure est positive.

John F. Kennedy et sa femme Jacqueline Kennedy dans les années 50
Photo d'archives, AFP
John F. Kennedy et sa femme Jacqueline Kennedy dans les années 50

Autre détail qui n’est pas anodin: on annonce ces travaux alors qu’il reste moins de 100 jours avant l’élection. On peut y déceler au moins deux aspects stratégiques. Tout d’abord, Melania Trump entend superviser la totalité des travaux. Elle démontre donc une belle confiance concernant la possibilité que son époux obtienne un second mandat.

Dans un deuxième temps, ce type d’annonce permet de créer une belle diversion alors que le président est confronté à une couverture médiatique particulièrement négative. Même des réseaux conservateurs nuancent ou contredisent ses propos. L’annonce des rénovations de la roseraie ne retiendra pas l’attention bien longtemps, mais elle constitue une petite pause salutaire en associant le président à la tradition.

Depuis plus de trois ans, Donald Trump n’a pas démontré de réel enthousiasme pour les conventions et les traditions. Il aime projeter l’image d’un homme fort, d’un homme qui n’hésitera pas à bousculer tous les rituels pour changer durablement les façons de faire à Washington.

Lundi, par l’intermédiaire de la première dame, on a eu recours à une stratégie on ne peut plus conventionnelle. C’est donc sous Donald Trump qu’on procède au maintien de l’un des symboles les plus visibles de la présidence américaine.