/entertainment/music
Navigation

Mélanie Léonard a hâte de faire de la musique

Elle dirigera les Violons du Roy samedi

Mélanie Léonard
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La chef Mélanie Léonard renouera avec sa baguette samedi, lorsqu’elle dirigera les Violons du Roy dans un concert hommage au compositeur italien Astor Piazzolla. 

Ce sera l'une des quatre prestations comprises dans un festival numérique mettant en vedette l’ensemble québécois et l’Orchestre symphonique de Québec, diffusé sur leurs pages Facebook respectives et sur YouTube. 

«Le dernier concert que j’ai dirigé était le 4 mars, avec les Violons du Roy. Je suis fébrile et je ressens de la joie. J’ai hâte de faire de la musique», a lancé Mélanie Léonard lors d’un entretien téléphonique.

Nicolas Ellis
Photo d'archives
Nicolas Ellis

Nicolas Ellis, chef et directeur de l’Orchestre de l’Agora, dirigera l’OSQ pour une deuxième fois, après un premier concert virtuel présenté le 17 juillet. 

Vendredi à 19h30, il sera aux commandes d’un programme soulignant le 250e anniversaire de naissance de Beethoven, avec l’Ouverture Leonore III de l’opéra Fidelio et la Symphonie numéro 6. La Danse villageoise du compositeur québécois Claude Champagne est aussi au programme.

«Les concerts en mode distanciation demandent plus de concentration, d’écoute et d’énergie. Mes gestes doivent être plus clairs afin de rejoindre les musiciens qui sont plus loin. Je dirige un peu plus carré», a fait remarquer Nicolas Ellis.

L’Ouverture Leonore III, qu’il dirigera, est une œuvre extraite du seul opéra composé par Beethoven.

«Il raconte l’histoire d’une femme qui va se déguiser en homme afin de sauver Floresta, son mari, qui a été emprisonné injustement. Elle est l’héroïne de cet opéra. C’est une œuvre qui est très sombre et qui se termine de manière glorieuse. C’est une sorte de message d’espoir que l’on veut propager dans cette période que l’on traverse», a-t-il expliqué.

Il se lancera ensuite dans sa symphonie favorite du compositeur allemand, la sixième, intitulée la Pastorale.

«Nous sommes habitués à un Beethoven intense et dramatique, et on découvre un autre personnage avec cette pièce. C’est une belle œuvre qu’il a composée à la campagne. On retrouve une belle sérénité», a-t-il mentionné.

Hommage

Mélanie Léonard dirigera samedi, à 19h30, un hommage à Piazzolla, avec des œuvres du compositeur argentin, une suite composée par Denis Plante et la pièce Last Round d'Osvaldo Golijov.

«Last Round est une sorte d’hommage à Piazzolla qui met en vedette deux quatuors à cordes qui s’affrontent et qui sont séparés, au milieu, par un contrebassiste. C’est très virtuose et très rythmé», a-t-elle indiqué. 

La directrice musicale de l’Orchestre symphonique de Sudbury adore la musique d'Astor Piazzolla. 

«Piazzolla, c’est le monde du tango», a dit la chef, qui a déjà fait de la compétition de danse de type ballroom.

Elle n’a jamais fait, toutefois, de tango argentin.

«Piazzolla, c’est de la musique magnifique, pleine de caractère, de romantisme et de sensualité», a-t-elle laissé tomber. 

Deux autres concerts seront en vedette lors de ce mini-festival numérique enregistré au Palais Montcalm. L’Orchestre symphonique de Québec présentera samedi, à 13h, un programme constitué d’œuvres de Jacques Hétu, Robert Schumann et Léo Delibes, sous la direction du chef invité Andrei Feher.

Les Violons du Roy, dirigés par Luc Beauséjour, offriront vendredi, à 13h, pour lancer l’événement, un hommage aux grands maîtres baroques avec des œuvres de Purcell, Vivaldi, Haendel, Bach et Lully.