/news/currentevents
Navigation

Est-du-Québec: une auberge accueillera les campeurs sans camping

L’établissement veut limiter les débordements sur les plages

Sylvain Tremblay Baleine Endiablée
Photo courtoisie Sylvain Tremblay, propriétaire de La Baleine Endiablée, permettra aux campeurs de s’installer sur un immense terrain.

Coup d'oeil sur cet article

Une auberge et microbrasserie de Rivière-Ouelle a décidé de collaborer pour diminuer le nombre de touristes qui envahissent les plages et autres endroits inappropriés en aménageant des espaces sur son propre terrain.

Le propriétaire de La Baleine Endiablée, à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent, a eu cette idée en voyant les nombreux reportages au sujet de vacanciers peu respectueux des espaces naturels dans l’Est-du-Québec.

Assurant ne pas en vouloir à ces touristes, mais souhaitant simplement leur offrir un espace approprié, Sylvain Tremblay voulait faire quelque chose.

«On est content de recevoir du monde, on est loin d’être frustré, mais quand on voit des images comme ce qu’on a vu, on se dit qu’il faut faire mieux», explique l’hôtelier.

«Pour dépanner les gens»

Possédant un immense terrain adjacent à sa microbrasserie-auberge, M. Tremblay a choisi d’inviter les gens de passage à s’y installer.

«Ce n’est pas un camping, c’est plus pour une nuit, pour dépanner les gens qui sont en route vers la Gaspésie et qui n’ont pas de place pour s’arrêter», précise-t-il.

Le service sera offert gratuitement et l’accès à des douches et salles de bains pourra être offert à 20 $ l’heure.

Les visiteurs pourront trouver sur le site des toilettes, des tables à pique-nique, ainsi que, bien important, des poubelles.

Le tout pour «protéger les plages de l’Est-du-Québec et les écosystèmes qui s’y trouvent».

«C’est une problématique dans le coin aussi et ça en devient malaisant. Il y a des milieux humides, des aires protégées, et même si on est heureux de partager ça avec les gens qui veulent les visiter, ce n’est pas la place pour s’installer et camper», soutient Sylvain Tremblay. 

Engouement

En moins de 24 heures, plusieurs personnes avaient déjà contacté La Baleine Endiablée pour s’enquérir de l’offre. 

«On est heureux d’accueillir des gens qui vont consommer local, qui vont encourager les entreprises du coin. Il faut juste s’assurer que ça se fait de la bonne façon», insiste le propriétaire de l’endroit.

D’ailleurs, l’idée de «campings temporaires» continue de faire des petits alors que les municipalités de Maria et de Grande-Rivière, en Gaspésie, ont annoncé que de nouveaux espaces de camping seraient libérés afin d’accommoder des visiteurs.