/opinion/columnists
Navigation

WE Charity: 5 questions cruciales concernant Trudeau

WE Charity: 5 questions cruciales concernant Trudeau
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

C’est aujourd’hui que le premier ministre Justin Trudeau témoignera devant le comité des Finances dans l’affaire WE Charity. Ce scandale éthique ébranle son gouvernement et menace de le faire tomber. M. Trudeau s’est déjà excusé d’avoir participé à la décision de signer avec WE un lucratif accord de contribution, et cela, même si sa famille entretient des liens étroits avec cet organisme. Mais au-delà des excuses, de nombreuses questions demeurent. En voici quelques-unes.

• À lire aussi: Le commissaire à l'éthique enquêtera sur les frais de voyage de Morneau

• À lire aussi: Des centaines de congédiements injustifiés au sein de We Charity

• À lire aussi: La famille Trudeau payée pour parler et voyager

1. De quoi a-t-il précisément été question lors de la fameuse discussion du 5 avril entre M. Trudeau et le ministre des Finances Bill Morneau ?

C’est en quelque sorte le point de départ de cette saga. Le 5 avril, les deux hommes discutent au téléphone de façons d’aider les étudiants à gagner de l’argent durant la pandémie. Deux jours plus tard, le bureau du ministre Morneau contacte WE Charity. Le 9 avril, WE envoie une proposition non sollicitée pour un programme d’entrepreneuriat pour les jeunes. Est-ce que WE Charity a fait partie des discussions lors de la discussion du 5 avril ? Si oui, cela pose d’énormes problèmes éthiques.  

2. Quelle est la valeur réelle de l’entente conclue avec WE pour la gestion de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant ?

Pendant des mois, le gouvernement Trudeau a laissé entendre que la valeur du programme s’élevait à 912 millions $. Mais lundi, on apprenait que la facture s’établissait plutôt à environ 550 000 $. Or, le lendemain, les cofondateurs, Marc et Craig Kielburger, ont évoqué un coût de 200 millions $ à 300 millions $. Qui dit vrai ? Pourquoi ne pas avoir donné l’heure juste aux Canadiens ?  

3. Quelle est l’ampleur des liens entre la famille du premier ministre et les frères Kielburger ?

On sait déjà que la mère, l’épouse et le frère du premier ministre ont reçu des centaines de milliers de dollars en honoraires de la part de WE Charity. Cette semaine, les frères Kielburger ont affirmé qu’ils ne connaissaient pas personnellement M. Trudeau lui-même. Or, le premier ministre est apparu publiquement bras dessus bras dessous à plusieurs occasions avec les fondateurs de WE.

4 .Quand et de quelle façon M. Trudeau a-t-il appris que des membres de sa famille avaient été payés par WE Charity ?

Il s’agit d’un détail important, qui en dira long sur le jugement du premier ministre. M. Trudeau savait-il que sa mère avait facturé plus de 300 000 $ à WE depuis 2016 ? En a-t-il informé les membres de son entourage et ses ministres avant de signer l’entente avec l’organisme ?

5. Que connaissait M. Trudeau des problèmes financiers et de gouvernance à WE Charity ?

WE Charity n’est pas un organisme caritatif comme un autre. Sa structure est complexe et opaque. En pleine pandémie, WE a licencié des centaines d’employés sans l’accord de son conseil d’administration, dont la plupart des membres ont ensuite démissionné.