/news/currentevents
Navigation

Les blagues de Mike Ward en Cour suprême

L’affaire qui oppose l’humoriste à Jérémy Gabriel se réglera finalement devant le plus haut tribunal du pays

Mike Ward
Photo d'archives, Agence QMI Mike Ward

Coup d'oeil sur cet article

La Cour suprême du Canada accepte de juger si les blagues cruelles de Mike Ward contre Jérémy Gabriel ont dépassé les bornes, et si l’humoriste devra finalement verser 35 000 $ au jeune chanteur handicapé pour compenser les dommages subis.

• À lire aussi: La Cour suprême accepte d’entendre la cause de l’humoriste Mike Ward

• À lire aussi: Mike Ward en Cour suprême: Jérémy Gabriel accepte la décision

Pour une rare fois, le plus haut tribunal du pays se penchera sur une affaire qui pourrait redéfinir les limites de la liberté d’expression non seulement des humoristes, mais « du milieu artistique en général », s’est réjoui Me Julius Grey, qui défend Mike Ward.

« Je suis soulagé que la Cour suprême nous donne la permission de plaider notre cause », a ajouté l’avocat émérite. Mike Ward a quant à lui refusé les demandes d’entrevue à la suite de l’annonce de la Cour suprême, jeudi matin.

M<sup>e</sup> Julius Grey
Photo d'archives, Agence QMI
Me Julius Grey

« Aujourd’hui, la justice nous démontre que la cause met de l’avant un combat fondamental sur la liberté d’expression et qu’elle s’avère importante pour toutes les créatrices et tous les créateurs canadiens », a écrit son gérant, Michel Grenier dans un message publié sur Facebook.

  • Varda Étienne est revenue sur l'affaire sur QUB radio:

Cinq ans de Saga

Il s’agit aussi d’une occasion, a fait valoir Me Julius Grey, de revoir les limites de la juridiction de la Commission des droits de la personne.

C’est cette instance qui est à l’origine de la procédure contre Mike Ward, et non Jérémy Gabriel directement.

Pour sa part, le jeune chanteur a déclaré dans un communiqué qu’il aurait préféré que la demande d’appel de Mike Ward ne soit pas autorisée. Il accepte toutefois la décision de la Cour suprême, laquelle viendra mettra un point final à une saga judiciaire qui dure depuis 2015 (voir plus bas).

« J’aurais préféré voir ce dossier clos définitivement. Je souligne, cependant, l’importance de permettre à M. Ward de pouvoir faire valoir ses points à nouveau. »

« Après plusieurs années de débats sur le sujet et après avoir entendu maintes opinions, le plus haut tribunal de notre pays tranchera finalement sur la question du délicat contrepoids à faire entre la liberté d’expression artistique et le droit à la dignité », a-t-il ajouté.

Pas avant l’an prochain

Jérémy Gabriel a tenu à réitérer sa pleine confiance dans le travail extraordinaire accompli par la Commission des droits de la personne et des droits de la Jeunesse, qui a piloté le dossier depuis 2012.

Selon Me Julius Grey, il faudra patienter au moins jusqu’à l’an prochain avant que la Cour suprême n’entende les arguments du clan Ward.

– Avec la collaboration d’Yves Leclerc

La saga  

  • Octobre 2005 : À 8 ans, Jérémy Gabriel interprète l’hymne national avant un match du Canadien au Centre Bell. 
  • Mai 2006 : À 9 ans, le petit Jérémy s’envole pour le Vatican, où il chante pour le pape Benoît XVI. La même année, il rencontre Céline Dion à Las Vegas. 
  • 2010 : Dans son spectacle Mike Ward s’eXpose, l’humoriste se moque de l’apparence physique de Jérémy Gabriel, qui est atteint du syndrome de Treacher Collins. Il dit qu’il est « laid » et « pas tuable ». Gabriel affirme avoir reçu des menaces chaque fois que Ward présentait son spectacle et avoir songé au suicide. Le spectacle a été présenté 230 fois, de 2010 à 2013. 
  • 2012 : Une plainte est déposée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Une somme de 80 000 $ est réclamée pour dommages moraux et punitifs au bénéfice de Gabriel et ses parents, pour atteinte à la dignité et discrimination en raison de son handicap. 
  • Septembre 2015 : La cause est débattue au palais de justice de Montréal. 
  • Juillet 2016 : Le tribunal condamne Mike Ward à verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel et 7000 $ à sa mère. L’humoriste annonce immédiatement qu’il fera appel de la décision et lance une campagne de sociofinancement pour couvrir ses frais judiciaires estimés à 93 000 $. 
  • Novembre 2019 : Malgré la dissidence remarquée de la juge Manon Savard, la Cour d’appel maintient la condamnation de Mike Ward, mais annule le dédommagement de 7000 $ destiné à la mère de Jérémy Gabriel. Mike Ward affirme qu’il veut porter sa cause devant la Cour suprême. 
  • 30 juillet 2020 : La Cour suprême accepte d’entendre la cause de Mike Ward.