/sports/baseball
Navigation

Patrick Scalabrini à la barre des Alouettes de Charlesbourg.

Patrick Scalabrini
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés Patrick Scalabrini

Coup d'oeil sur cet article

Avec l'annulation de la saison des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini prend les rênes des Alouettes de Charlesbourg, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec (LBJEQ).

Avec leur début de saison médiocre (0-9) et le départ de leur nouveau gérant, Frédéric Lajoie, la reste de la campagne écourtée des Alouettes de Charlesbourg ne laissait présager rien de bon.  

Heureusement pour eux, il se trouve qu’un gérant d’équipe professionnelle était justement disponible en raison des circonstances exceptionnelles. 

«Il n’y a pas de Capitales cette année et c’est un gars qui a énormément d’expérience dans le baseball. On s’est dit qu’il devait commencer à trouver le temps long chez lui, alors on est allé all-in!» explique le président de l’équipe, Pier-Alexandre Bernier, au sujet de l’embauche.

«C’est celui qu’il nous faut pour mener à bien le reste de la saison. Tout ce qu’il nous faut, c’est une étincelle, et je pense que c’est ce qu’on va chercher avec Pat. Ça ne peut que nous être bénéfique», ajoute-t-il.

Pour les «boys»

Avec l’impossibilité de diriger les Capitales cet été, Patrick Scalabrini s’était résigné à passer le premier été sans baseball de sa «vie d’adulte».  

Mais son amour du jeu ne s’est pas terni pour autant. Lorsqu’on lui a proposé le poste, en milieu de semaine, il n’a pas hésité longtemps. 

«J’ai profité un peu de mon été plus relax. Mais avec la situation actuelle des Alouettes, j’ai réalisé que c’était une opportunité que je me devais de saisir, autant pour les boys que pour moi», raconte le principal intéressé qui n’est pas déçu d’enfiler ses crampons à nouveau. 

Il espère maintenant pouvoir aider l’équipe à terminer la saison sur une bonne note et «remettre leur barque à flot» avant de retourner avec «ses» Capitales en 2021. 

«C’est une situation gagnante pour tout le monde», assure-t-il. 

Une surprise

Et Scalabrini ne s’amène pas seul. En plus d’ajouter Guillaume Simoneau à l’équipe d’entraîneurs en tant qu’entraîneur des lanceurs, le gérant réserve une petite surprise à ses nouveaux protégés. 

Pour redonner la fierté d’antan à l’organisation, «qui s’est peut-être un peu égarée pour certains», Patrick Scalabrini fera appel, de temps en temps, à des «coachs superstars».  

«Le premier sera monsieur Alouettes en personne: Joce Blais. Il a littéralement le CA tatoué sur le cœur!» lance-t-il, bien déterminé à avoir du plaisir avec sa nouvelle équipe. Blais, qui a lancé brièvement avec les Capitales, a été l'un des plus grands lanceurs de l'organisation des Alouettes et il a effectivement le logo de l'équipe tatoué sur sa poitrine.