/news/green
Navigation

Plusieurs poissons étrangers envahissent le Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY | De plus en plus de pêcheurs s’inquiètent de la présence de poissons étrangers dans les plans d'eau du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Truites, sébastes, éperlans: ces poissons indigènes au Saguenay–Lac-Saint-Jean sont maintenant dérangés par plusieurs espèces qui ne viennent pas du coin.

Introduits par l'homme, ces poissons envahissants, comme le crapet-soleil ou l'achigan, bouleversent l'écosystème des plans d'eau.

«Lorsqu'on introduit une espèce dans un plan d'eau, il est presque impossible de la retirer complètement ou de l'empêcher de proliférer», a indiqué Amélie Bérubé, biologiste du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Ce phénomène peut engendrer la propagation de parasites, la diminution d'une espèce, voire carrément, son extinction. Le transport de poissons vivants est souvent responsable de ces introductions.

C'est pour cette raison que les appâts vivants sont interdits depuis plusieurs années. Lors de notre passage dans le secteur de La Baie, TVA Nouvelles a pourtant été témoin de ce genre de pratique.

Moins de truites de mer

Un pêcheur a confié avoir délaissé le secteur de La Baie il y a quelques années, puisque le bar rayé a envahi le plan d'eau et laisse moins de place à la truite de mer.

Yvon Roy, un pêcheur repère pour le ministère de la Faune, a lui aussi remarqué une diminution drastique de la population de truites de mer.

«Ils ne mangent pas nécessairement les truites, mais ils mangent leur nourriture, prennent de la place dans l'eau et ça les fait partir», a expliqué M. Roy.

Les autorités ont d'ailleurs écourté la saison de pêche de la truite de mer en 2019 afin de laisser l'espèce se reproduire.