/entertainment/music
Navigation

Steve Barakatt est de retour à la maison

Le compositeur a passé cinq mois en confinement à Beyrouth

Steve Barakatt a fait quelques pas à l’extérieur de sa résidence du Vieux-Québec où il termine sa période de quarantaine.
Photo Jean-Francois Desgagnés Steve Barakatt a fait quelques pas à l’extérieur de sa résidence du Vieux-Québec où il termine sa période de quarantaine.

Coup d'oeil sur cet article

Steve Barakatt devait passer deux semaines au Liban. Coincé dans le pays de ses origines en raison de la pandémie, le pianiste-compositeur est de retour chez lui, à Québec, après un séjour de cinq mois.

Le musicien a pu retrouver sa conjointe et sa fille après des semaines d’échanges au quotidien par l’entremise de FaceTime.

« Ce fut toute une aventure. Un périple assez intense », a-t-il lancé, lors d’un entretien téléphonique, pendant qu’il complète sa « quarantaine » de 14 jours.

L’aéroport de Beyrouth a rouvert ses portes le 1er juillet et les délais de réservation pour un vol de retour étaient complexes.

Steve Barakatt était au Liban pour préparer le dévoilement de l’hymne Motherland, qu’il a composé pour le 100e anniversaire de ce pays du Proche-Orient.

Dans le village de Sereel, dans le nord du Liban.
Photo courtoisie
Dans le village de Sereel, dans le nord du Liban.

« Ce séjour prolongé m’a permis de faire des recherches sur l’histoire de ma famille. Ça m’a permis de retrouver le village de Sereel, dans les montagnes du nord du Liban, où mon arrière-grand-père Bacchus a vécu, avant d’émigrer au Québec », a-t-il raconté. 

Héritage

Steve Barakatt rêvait de voir ce lieu. Il avait déjà été au Liban, mais il n’avait jamais eu le temps d’entreprendre des recherches à cet effet en raison de ses engagements. 

« Ce fut très spécial de revoir sa terre natale et ce qu’il a laissé avant de partir pour le Canada. Ce fut une expérience unique de pouvoir ressentir toute l’énergie de mes origines. C’était très touchant d’aller là », a-t-il précisé.

Il avoue avoir vécu, personnellement et artistiquement, un moment important qu’il qualifie de tournant dans sa vie.

Le compositeur et des représentants du village où son arrière-grand-père a vécu.
Photo courtoisie
Le compositeur et des représentants du village où son arrière-grand-père a vécu.

À un point tel qu’il a l’intention d’entreprendre des démarches pour obtenir sa citoyenneté libanaise. Ce qu’il pourra faire avec les informations officielles qu’il a en main concernant son arrière-grand-père.

« C’est aussi un héritage que je désire léguer à ma fille. C’est toujours important de connaître ses racines », a-t-il fait remarquer.

Steve Barakatt retournera au Liban à l’automne pour le tournage du clip et le dévoilement de son hymne Motherland

Ce long séjour à Beyrouth lui a permis de découvrir la gastronomie libanaise et les vins locaux.

« J’ai mangé local tout le long de mon voyage. C’était extraordinaire ! » a-t-il dit.

Le compositeur revient au Québec inspiré et avec des images qu’il souhaite transposer en musique.

« Ce séjour m’a permis de regarder ce que je voulais prioriser pour les prochaines années. Je sens qu’il y aura beaucoup de voyages et que la musique sera présente plus que jamais. C’est ce que je veux faire le plus au monde », a-t-il laissé tomber.