/lifestyle/family
Navigation

Des fermes urbaines dans des conteneurs

CASA 0801 Fleurs et potager
Photo courtoisie Faisant un peu plus de 300 mètres carrés, la ferme en conteneurs de la Boîte maraîchère produit 15 000 laitues par semaine !

Coup d'oeil sur cet article

Avec l’étalement urbain effréné, les aliments servant à nourrir les citadins doivent être produits toujours plus loin, à des centaines, voire des milliers de kilomètres de distance de l’endroit où ils sont consommés.

La nourriture doit être transportée jusque dans les villes par avion, par train ou par camion, générant ainsi d’importantes quantités de polluants et de gaz à effet de serre. Selon l’organisme Développement et paix, les aliments qui composent une assiette canadienne typique doivent être transportés en moyenne sur 3000 kilomètres avant d’être mangés.

Le transport sur de longues distances et l’entreposage de la nourriture obligent également les agriculteurs à cultiver des variétés de fruits et de légumes fermes, contenant peu de jus et dont la pelure est très épaisse, capables de supporter les manipulations fréquentes, les chocs et les écarts de température.

Solutions locales

Ainsi, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture estime que 45 % de tous les fruits et légumes produits sur le globe sont perdus ou jetés avant d’avoir pu être mangés, et cela, en partie à cause du transport et de la manutention des aliments.

C’est dans ce contexte que certains jeunes entrepreneurs ont développé récemment des moyens fort originaux pour produire des fruits et des légumes sains, localement, au cœur des villes. Plutôt que de faire pousser les plantes comestibles dans les champs comme on le fait habituellement en agriculture conventionnelle, ils cultivent des légumes sous éclairage artificiel dans des conteneurs de transport de marchandises récupérés.

On estime que la culture de légumes en conteneurs utilise jusqu’à 90 % moins d’eau que l’agriculture conventionnelle en plein champ avec un rendement nettement plus élevé !
Photo courtoisie
On estime que la culture de légumes en conteneurs utilise jusqu’à 90 % moins d’eau que l’agriculture conventionnelle en plein champ avec un rendement nettement plus élevé !

La Boîte maraîchère

Un complexe moyen de la Boîte maraîchère réduit les émissions de gaz carbonique de 350 tonnes par année.
Photo courtoisie
Un complexe moyen de la Boîte maraîchère réduit les émissions de gaz carbonique de 350 tonnes par année.

Fondateurs de la Boîte maraîchère, Richard Giunta et Julien Loiseau ont développé un ingénieux système de culture étagé, sans sol, disposé dans des conteneurs. Permettant la récupération quasi totale de l’eau et des éléments nutritifs et la production de légumes sans pesticide, leur système est si perfectionné qu’ils arrivent à produire 15 000 têtes de laitue par semaine – durant toute l’année – sur une surface d’un peu plus de 300 mètres carrés ! La ferme intérieure développée par la Boîte maraîchère permet de produire huit fois plus de légumes qu’une serre de même surface !

Cette entreprise agricole basée à Laval a récemment été approchée par la NASA pour contribuer au développement d’un système de culture pour un éventuel voyage vers la planète Mars. En effet, l’an dernier, l’équipe de la Boîte maraîchère s’est rendue au centre spatial Kennedy, au cap Canaveral, pour présenter leur concept de culture en conteneur à la NASA.

Durant les prochaines années, la NASA compte faire des tests de culture de plantes comestibles en orbite autour et sur la Lune et, éventuellement, sur la planète Mars. Comme l’air se sépare de l’eau en apesanteur, la Nasa recherche actuellement des systèmes culture aéroponique ou hydroponique pouvant fonctionner dans un milieu sans gravité.

Ailleurs au Canada et dans le monde

Ferme urbaine intérieure créée par The Growcer
Photo courtoisie
Ferme urbaine intérieure créée par The Growcer

La firme The Growcer, fondée à Ottawa par Corey Ellis et Alida Burke, se spécialise également dans la culture de nourriture dans des conteneurs de marchandises et vise principalement les marchés où l’approvisionnement en nourriture est complexe et très coûteux comme l’Alaska et le Grand Nord canadien.

Aux États-Unis, Kimbal Musk, le frère du fondateur de Tesla Elon Musk, a créé une entreprise appelée Square Roots. Cette entreprise agricole urbaine produit des légumes, sans OGM et sans pesticides, dans des fermes intérieures installées dans des conteneurs récupérés, en plein cœur de Brooklyn. Les légumes ainsi produits sont directement livrés dans des bureaux ou des points de chute où les membres peuvent en prendre possession. En plus d’approvisionner les citoyens de New York avec une nourriture saine, Square Roots a aussi pour objectif de former des personnes désireuses de fonder leur entreprise en agriculture urbaine.

Pour sa part, l’entreprise française Agricool se spécialise dans la culture de fraises et de fines herbes sous éclairage artificiel en conteneur. Un conteneur de culture conçu par Agricool a été installé en 2018 dans un quartier écologique appelé The Sustainable City situé à Dubaï.

 Les avantages de l’agriculture en conteneur

Le conteneur de Agricool à Dubaï.
Photo courtoisie
Le conteneur de Agricool à Dubaï.

  • Sans pesticide et sans OGM
  • Traçabilité des produits à 100 %
  • Cultivé localement
  • Permet d’assurer une certaine autonomie alimentaire
  • Réduit les émissions de CO2
  • Utilise moins d’eau que la culture en champ
  • Utilise moins d’énergie que la serriculture