/news/society
Navigation

Le Bas-Saguenay envahi par des campeurs illégaux

Coup d'oeil sur cet article

Comme partout ailleurs, des campeurs qui s’installent dans des endroits où le camping n'est pas autorisé ont pris d’assaut le Bas-Saguenay cet été. 

À Petit-Saguenay, plusieurs campeurs illégaux s’approprient le territoire.

«C’est arrivé une fois que quelqu’un a vidé sa fausse septique sur la voie publique. Quelques fois, des déchets sont retrouvés, mais dans l’ensemble, les gens sont respectueux», explique le maire de Petit-Saguenay, Philôme La France.

Et pourtant, ce ne sont pas les terrains de camping qui manquent.

«Nous avons pratiquement toujours de la place», mentionne le directeur général du Village Vacances Petit-Saguenay, Frank Turcotte.

À cet endroit, certains vont même jusqu’à emprunter délibérément la route vers la plage pour y camper plutôt que de réserver un terrain un peu plus haut.

«Les gens s’installent près de la plage pour regarder le paysage, mais aussi parce qu’ils ne veulent pas payer», explique Frank Turcotte.

«On comprend que les gens veulent venir, car c’est beau, mais il suffit d’appeler dans un camping de notre secteur et il va y avoir de la place», insiste Philôme La France.

À L’Anse-Saint-Jean, le phénomène des campeurs illégaux est également présent.

«Les gens campent surtout dans les stationnements», explique Lucien Martel, maire de l’endroit.

Mais dans cette municipalité, les campings affichent pratiquement complet. Les visiteurs n'ont souvent pas le choix.

«C’est toujours plein, nous devons parfois installer des roulottes dans le stationnement, car quand il n’y a plus de place, nous ne pouvons pas en inventer», exprime Sarah Dufresne, employée au Camping de L’Anse.

Mais ici, on n'a pas vu de gestes déplorables.

«Il n’y a pas d’excès, les gens sont civilisés, mais on surveille la situation de près. On ne veut pas que ça devienne comme la Gaspésie», explique M. Martel.