/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Maintenant, c’est vrai» - Alexander Romanov

Le Russe a participé à son premier entraînement avec le CH

«Maintenant, c’est vrai» - Alexander Romanov
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Il n’y a pas de registre sur les codes vestimentaires dans la LNH. Mais c’était probablement une première. Alexander Romanov portait un chandail décoré de plusieurs pandas géants pour sa rencontre virtuelle avec les journalistes montréalais.  

• À lire aussi: La vitesse, l’élément à surveiller

• À lire aussi: LNH: les villes-bulles fonctionnent

• À lire aussi: Le jour J

Quand Romanov a pris place dans une salle de conférence du Royal York à Toronto, il sortait de son premier entraînement avec sa nouvelle équipe, le Canadien de Montréal.

« Oui, c’est vrai. Maintenant, c’est vrai, je fais partie de l’équipe, a dit le défenseur russe de 20 ans avec un large sourire. Je suis content, je suis un membre du Canadien. »

Pour les prochains jours, Romanov aura la permission de s’entraîner avec le CH, mais il n’aura pas le droit de jouer contre les Penguins lors du tour des qualifications. Ni du reste des séries advenant une victoire contre la bande à Sidney Crosby.

« Mon objectif pour cette semaine, c’est de rester avec l’équipe, de l’encourager et de m’entraîner fort », a expliqué le choix de 2e tour (38e au total) au repêchage de 2018. 

Le défenseur russe Alexander Romanov était attentif à son premier entrainement avec le Canadien, vendredi.
Photo Twitter Canadien de Montréal
Le défenseur russe Alexander Romanov était attentif à son premier entrainement avec le Canadien, vendredi.

Un pur bonheur

Même s’il n’aura probablement pas une tonne de minutes à lui consacrer lors des entraînements, Claude Julien était heureux de l’arrivée de son défenseur prometteur.

« J’ai vu un jeune homme excité. Il était content et heureux, a affirmé Julien. Ça paraissait sur la glace. Ça faisait deux semaines qu’il n’avait pas patiné. Il venait de passer une semaine en quarantaine. Pour lui, c’était comme sortir de prison. Il revoyait des coéquipiers. Son attitude était très bonne. C’était rafraîchissant de voir sa bonne humeur. » 

« C’est une situation étrange. On l’a rencontré aujourd’hui pour la première fois, a renchéri le capitaine Shea Weber. On va apprendre à le connaître. Il s’est rendu là par son travail acharné et ses habiletés. Il a du talent, ça se voit. »

Une longue attente

Romanov a officiellement paraphé son contrat le 13 juillet dernier avec le Canadien. Une entente de trois ans, typique d’un contrat de recrue. 

Les dirigeants de la LNH lui ont permis de brûler la première année de son entente en se joignant à l’équipe pour les séries sans toutefois agir comme un acteur lors des matchs.

Avant de partir de Moscou en Russie, Romanov a patienté quelques jours pour recevoir son visa. Une fois à Toronto, il a passé sept jours dans une chambre d’hôtel. Il devait subir une quarantaine de sept jours où il devait recevoir quatre tests négatifs à la COVID-19.

« J’étais nerveux, vraiment nerveux. La dernière semaine, c’était tellement ennuyant, a rappelé Romanov. J’étais dans une chambre d’hôtel et je ne pouvais sortir de la chambre. Il y avait un garde de sécurité derrière la porte. Je m’ennuyais. J’avais tellement hâte de sauter sur la glace avec le Canadien. »

Une fois les séries terminées, Romanov retournera en Russie pour quelques semaines et il remettra le cap sur Montréal avant l’ouverture du prochain camp, prévu à la mi-novembre. 

Et ça, c’est dans un contexte où il n’y a pas de retard en raison de la pandémie.