/opinion/columnists
Navigation

Pas curieux le PM

Pas curieux le PM
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Justin Trudeau n’est visiblement pas très curieux.

• À lire aussi: Pas en conflit d’intérêts, soutient Justin Trudeau

Ou peut-être fait-il preuve d’aveuglement volontaire ?

Quoi qu’il en soit, M. Trudeau ignorait apparemment plusieurs détails importants au cœur du scandale WE Charity.

C’est à tout le moins ce qu’il a soutenu hier lors de son témoignage historique en comité parlementaire.

Le premier ministre ne savait pas, par exemple, combien avaient reçu ses proches en cachets et en frais de voyages de la part de WE Charity dans les dernières années.

Un menu détail.

Il ne savait pas non plus que son ministre des Finances, Bill Morneau, s’était fait offrir un voyage d’agrément, pas plus tard qu’en 2017, par l’organisme à qui son gouvernement s’apprêtait à donner plus de 40 millions $ pour gérer ce programme. 

Il ignorait aussi, semble-t-il, les problèmes financiers et de gouvernance majeurs de WE Charity.

Cela fait beaucoup de zones d’ombre. 

Jugement déficient

Surtout considérant le fait que M. Trudeau s’est dit conscient que l’entente pourrait être sujette à controverse, justement en raison de sa proximité avec WE.

M. Trudeau aurait même personnellement retardé le lancement du programme afin de s’assurer que toutes les ficelles étaient attachées. Que la preuve ait été faite par les fonctionnaires que WE Charity était bel et bien le seul organisme capable de mettre sur pied pareil projet.

Malgré cette apparente lucidité sur le potentiel de conflit d’intérêts, M. Trudeau ne s’est pas récusé de la décision politique d’accorder à un organisme ami un lucratif contrat. 

Encore plus difficile à comprendre à la lumière de ce témoignage.

Encore une fois, c’est le jugement du M. Trudeau et celui de son entourage qui en prend pour son rhume.

Les témoignages en comité parlementaire sont avant tout un exercice politique où la recherche de la vérité est reléguée au second plan. 

Force est de constater qu’il faudra attendre le rapport du commissaire à l’éthique, dans quelques mois, pour connaître le fond de cette affaire.