/opinion/columnists
Navigation

Contre l’expertocratie

Coup d'oeil sur cet article

Une idée circule depuis un certain temps dans la classe politique, soit celle de confier à un « observatoire indépendant » la responsabilité de fixer les seuils d’immigration, ou du moins, d’établir les scénarios à partir desquels les déterminer.

On souhaite ainsi « dépolitiser » la question de l’immigration.

C’est un point de vue très étrange qu’il faut examiner. L’immigration est une question centrale, probablement la plus importante du point de vue de l’avenir de la nation. À travers elle se joue notre avenir démographique. Elle est indissociable de celle de notre capacité d’intégration.

Politique

Si les leaders politiques veulent s’en décharger, à quoi peuvent-ils donc servir ? Pourquoi veulent-ils gouverner s’ils entendent renoncer à l’avance à leur pouvoir de décision ?

Pourtant, cette tendance n’est pas si surprenante. De plus en plus, les politiciens ont la tentation de se décharger des questions qu’ils jugent délicates. Ils se tournent vers des « experts », non seulement pour les conseiller, mais pour formater leur pensée. Un peu plus et ils voudront dépolitiser la politique !

Faut-il rappeler que ces experts sont souvent des idéologues ?

À quoi rime une démocratie où les décisions fondamentales sont vidées de leur sens, comme si les élus devaient simplement administrer les choix définis par des technocrates ?

On aurait envie de rappeler une évidence : la politique n’est pas une activité neutre. Elle s’appuie sur une vision de la société et de l’être humain. Elle s’appuie sur une conception du monde.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Démocratie

Si on vote pour un parti plutôt que pour un autre, ce n’est pas seulement parce qu’on le croit plus compétent, mais aussi parce qu’on adhère à la vision de la société qu’il propose.

Il en est ainsi du point de l’économie, de la justice sociale, mais aussi, sur les questions identitaires comme l’immigration. Il faut des conseils éclairés, évidemment. Mais la décision devrait appartenir aux élus. C’est pour cela qu’on vote pour eux.