/investigations/truth
Navigation

Déclaration fausse du cofondateur de WE Charity

Les frères Marc et Craig (à droite) Kielburger, fondateurs de WE Charity, ont témoigné cette semaine à Ottawa.
Capture d'écran CPAC Les frères Marc et Craig (à droite) Kielburger, fondateurs de WE Charity, ont témoigné cette semaine à Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

Les frères cofondateurs de l’organisme WE Charity, Craig et Marc Kielburger, ont témoigné mardi, à Ottawa, sur la controverse entourant leur organisme et le gouvernement Trudeau. WE avait obtenu sans appel d’offres jusqu’à 43,5 M$ de fonds publics pour gérer un programme de bourses d’une valeur de 912 M$, avant que l’entente ne soit annulée.

• À lire aussi: Nous cache-t-il des choses ?

• À lire aussi: WE Charity a choisi de ne pas attendre l'approbation officielle, dit Trudeau

En comité parlementaire, les deux hommes ont cherché à démontrer que leur organisation n’avait pas de relation privilégiée avec le gouvernement libéral actuel.

« [...] lors des années précédentes sous le précédent gouvernement Harper, nous avions un plus grand pourcentage de notre budget total donné par le gouvernement fédéral que l’année dernière sous le gouvernement Trudeau », a soutenu Craig Kielburger.

LES FAITS

Cette affirmation est fausse. Contrairement à ce qu’affirme M. Kielburger, WE Charity ne dépendait pas davantage du financement fédéral sous Stephen Harper que sous Justin Trudeau.

Nous avons déterré les déclarations financières produites par WE Charity à l’Agence du revenu du Canada depuis 2006 – année où M. Harper a été élu premier ministre.

De 2006 à 2015, 0,4 % des sommes totales amassées par WE Charity provenait du gouvernement fédéral. Ce pourcentage a fortement augmenté depuis que Justin Trudeau est au pouvoir. Depuis 2016, c’est 1,68 % du financement total qui est venu d’Ottawa.

Pour l’année 2019 seulement, cette part était de 1,03 %.

En moins de cinq ans, le gouvernement Trudeau a donné quatre fois plus d’argent à l’organisme de bienfaisance (3,76 M$) que pendant les trois mandats du gouvernement conservateur (940 028 $). WE n’a d’ailleurs reçu aucun montant pendant trois années passées sous les conservateurs. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le chiffre de la semaine : 50 %  

C’est la proportion de Québécois qui se disent prêts à utiliser une application mobile de recherche des contacts de COVID-19, selon Statistique Canada. La moyenne canadienne se situe à 56 %, et ce taux augmente dans les grandes villes, soit 60 %.

Les résultats de ce sondage sont publiés alors que Santé Canada a lancé hier son application Alerte COVID.

Ses utilisateurs sont avisés s’ils ont côtoyé dans les 14 derniers jours une personne qui a signalé un test positif à la COVID-19.

Le groupe d’âge le plus réfractaire à installer une application de recherche des contacts est les 25 à 64 ans. Les 15 à 24 ans ainsi que les 65 ans et plus disent respectivement à 63 % et 61 % qu’ils utiliseront probablement une telle application.

Parmi les personnes se disant prêtes à utiliser l’application, les deux tiers accepteraient même que les données soient divulguées aux représentants gouvernementaux. 

– Marie Christine Trottier