/weekend
Navigation

En mode lecture: Escale au Kerala

WE 0801 En mode lecture
Photo courtoisie La mangeuse de guêpes
Anita Nair
Aux Éditions Albin Michel
352 pages

Coup d'oeil sur cet article

Après l’étonnant Compartiment pour dames, l’auteure indienne Anita Nair signe un autre roman dont les personnages sont difficiles à oublier.

Alors qu’elle était régulièrement comparée à Virginia Woolf, la jeune romancière indienne Sreelakshmi a choisi de mettre un point final à sa vie par un beau lundi d’octobre 1965. Un geste que personne n’a pu expliquer à l’époque, mis à part peut-être Markose, l’homme marié avec lequel elle entretenait une liaison et à cause duquel elle sera ensuite condamnée à errer tel un fantôme. Car après son incinération, Markose ne pourra s’empêcher de fouiller dans les braises et d’empocher ni vu ni connu un petit bout de son index, qu’il cachera dans le compartiment secret d’une vieille armoire. Et ainsi trappée, l’âme de Sreelakshmi ne pourra plus s’échapper au loin ou se réincarner.  

Tranches de vie

Bien des années plus tard, ce petit morceau d’os tombera tout à fait par hasard entre les mains de Megha, une jeune écolière ayant très récemment compris à ses dépens pourquoi il ne fallait jamais faire confiance aux inconnus. Puis, chaque fois qu’une nouvelle personne se saisira de ce qui reste de Sreelakshmi, son histoire ne tardera pas à nous être racontée.

On pourra donc entre autres découvrir celle d’Urvashi, une épouse adultère qui décidera d’aller passer une semaine dans un somptueux hôtel du Kerala pour faire le point sur ses amours. Ou celle de Najma, une enseignante musulmane dont le visage a été brûlé à l’acide par un amoureux éconduit. 

Dans tous les cas de figure, l’histoire racontée sera à la fois touchante et instructive, puisqu’elle nous permettra d’en savoir un peu plus sur la façon dont vivent les femmes au pays des Maharadjas.

Frissons garantis  

Madame B

<strong><em>Madame B</em></strong><br/><strong>Sandrine Destombes</strong><br/>Aux Éditions Hugo<br/>336 pages
Photo courtoisie
Madame B
Sandrine Destombes
Aux Éditions Hugo
336 pages

Depuis déjà 15 ans, Blanche Barjac, alias Madame B, est nettoyeur contractuel. Un sale boulot que tous ceux qui ont vu le film Nikita, de Luc Besson, s’empresseront d’associer à des baignoires remplies d’acide pour dissoudre les corps. Sauf que dans la réalité, ce n’est pas tout à fait ça. Lorsque l’un de ses clients fait appel à ses services, Blanche n’a très souvent qu’à sortir chiffons et produits ménagers pour effacer taches de sang ou indices incriminants. Et si elle doit aussi faire disparaître quelques cadavres, elle préfère généralement les couler dans le béton. 

Le grand ménage

C’est Adrian, son beau-père et mentor, qui lui a appris toutes les ficelles du métier. À chaque mission, Blanche a donc pris l’habitude de récolter un élément à charge (arme du crime, photo, etc.) au cas où un client songerait à l’impliquer. Une excellente forme d’assurance vie qui ne saura pourtant la protéger du maître chanteur qui commencera à la harceler. Si elle n’a pas la moindre idée de qui ça peut bien être, une chose est sûre : cette personne-là lui en veut à mort. À tel point qu’elle devra se dépêcher d’en découvrir les raisons pour ne pas finir ses jours au fond d’un lac ou sous une chape de béton.

Un bon petit roman noir qui a le mérite de sortir de l’ordinaire !

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE  

L’affaire Clara Miller

<strong>Olivier Bal</strong><br/>Aux Éditions XO<br/>496 pages
Photo courtoisie
Olivier Bal
Aux Éditions XO
496 pages

La journaliste Clara Miller a été retrouvée dans un lac du New Hampshire. Suicide. Une version à laquelle son ami, Paul Green, reporter au Globe, ne croit pas du tout. Les corps de plusieurs autres jeunes femmes ayant déjà été repêchés dans ce même lac, Paul commence plutôt à penser que Mike Stilth, la plus grande star du monde, y est pour quelque chose. Après tout, il n’habite qu’à quelques pas de là... Si le début est un brin décevant, la suite ne manque pas de punch !  

Octobre

<strong>Søren Sveistrup</strong><br/>Aux Éditions Le livre de poche<br/>736 pages
Photo courtoisie
Søren Sveistrup
Aux Éditions Le livre de poche
736 pages

À Copenhague, octobre est le mois des marrons. Ce qui explique en partie pourquoi, à côté du cadavre mutilé d’une femme de 37 ans, un petit personnage confectionné à l’aide de marrons a été retrouvé. Avec, dessus, les empreintes d’une gamine qui aurait été assassinée près d’un an plus tôt. Un très bon thriller chargé de mystères.

Les nouvelles énigmes de Sherlock Holmes

<strong>Stewart Ross</strong><br/>Aux Éditions Hachette<br/>272 pages
Photo courtoisie
Stewart Ross
Aux Éditions Hachette
272 pages

Pour bien des gens, l’été s’annonce plutôt tranquille. Du coup, ce livre pourrait se révéler très utile : recélant 25 énigmes policières, il permettra à tous les Sherlock Holmes en herbe de se mesurer au fameux détective. Pour chaque affaire exposée, ils devront en effet essayer de proposer une solution en mettant à profit logique, imagination et flair. De quoi occuper plusieurs soirées !

Simplement chocolat

<strong>Frédéric Bau</strong><br/>Aux Éditions Albin Michel<br/>96 pages
Photo courtoisie
Frédéric Bau
Aux Éditions Albin Michel
96 pages

Chef pâtissier de la célèbre maison Valrhona, Frédéric Bau nous livre ici ses recettes favorites de desserts. De la classique mousse au chocolat aux religieuses chocolat-framboise, en passant par les tartelettes, les truffes, les petites marquises, le riz au lait ou le paris-brest, il nous propose ainsi plus de 60 façons de se sucrer très agréablement le bec !