/sports/opinion/columnists
Navigation

Et c’est reparti pour le Canadien!

HKN-HKO-SPO-TORONTO-MAPLE-LEAFS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo d’archives, AFP Carey Price devra avoir besoin de soutien si le Canadien et lui veulent causer une surprise au tour de qualification contre les Penguins.

Coup d'oeil sur cet article

C’est aujourd’hui que les vraies choses commencent pour le Canadien. À quoi doit-on s’attendre des hommes de Claude Julien dans cette série de qualification contre les Penguins de Pittsburgh ?

Chose certaine, les choses iront vite dans une série 3 de 5. Pour l’avoir moi-même vécu du temps des Nordiques, le premier match est très important et l’entraîneur apportera tout de suite les ajustements nécessaires au besoin. 

Dans une longue série, la meilleure équipe a plus de chances de l’emporter. Dans une courte série, même si les Penguins sont favoris, tout peut débouler rapidement après un mauvais match de leur part ou une bonne performance de Carey Price. Le leadership des Price, Shea Weber et cie sera important. J’aimerais voir Price se fâcher si ses joueurs ne se défoncent pas devant lui. Ça prendra de bons pep talk

On a déjà peut-être un peu oublié que le Canadien connaissait une saison misérable avant la pause de la pandémie. Il y aurait potentiellement eu des congédiements. Les dirigeants se sentent privilégiés d’être encore en poste. 

Ces séries seront d’autant plus importantes que rien ne garantit que la prochaine saison va commencer en décembre. Qui dit que le virus ne sera pas au plus fort ? Y aura-t-il une deuxième vague ? 

Profiter du momentum

Dans une saison régulière de 82 matchs, il ne pourra pas y avoir de villes-bulles comme c’est le cas présentement. Les joueurs pourront-ils traverser les frontières ? La LNH n’est pas rendue là, et c’est pourquoi ce tournoi est important. Il faut que les clubs en profitent au maximum. 

Sur le plan télévisuel, les gens qui travaillent ont l’expérience et ils essaient de montrer plus l’aspect hockey que l’aspect divertissement. Les caméras iront moins dans les estrades pour montrer qu’il n’y a pas de monde. Les athlètes vont s’adapter à cette situation. Ce sont des athlètes de pointe qui comprennent le contexte. C’est leur métier et ils ont des ambitions de victoire. J’ai hâte de voir le déroulement.

Le système défensif sera la priorité du Canadien. On va essayer de gagner des matchs par 2-1 ou 3-2 en limitant les chances de marquer. D’ailleurs, je m’attendais à ce que les joueurs se défoncent un peu plus pour impressionner la direction dans le match de mardi. J’ai vu des choses qu’on voyait pendant la saison, comme des buts accordés en début et en fin de période ainsi que de l’indiscipline en avantage numérique. Il faudra que tous les joueurs contribuent, pas seulement Price.  

La situation de Max Domi est intrigante. Pourquoi le laisser sur le quatrième trio ? Ça ne peut pas marcher. Il va jouer avec les deux pires ailiers du Canadien. Je ne peux pas m’imaginer que Dale Weise sera en uniforme à la place de Charles Hudon quand l’équipe aura besoin de buts. Il faut mettre du talent sur la patinoire si le Canadien espère gagner contre Pittsburgh. 

Des défaites pour Laf ? 

J’ai entendu de la bouche de certains que le Canadien devait perdre pour maximiser ses chances de repêcher Alexis Lafrenière au premier rang. C’est peut-être une chose à laquelle pensent les dirigeants derrière les portes closes, mais ils ne le diront pas publiquement. Quant aux joueurs, leur seul objectif est de gagner et aucun d’entre eux ne pense à Lafrenière présentement. 

— Propos recueillis par Roby St-Gelais

Les échos de Bergie

Bon boulot

La bulle a l’air efficace jusqu’ici à Edmonton et à Toronto. Le hockey et le basketball semblent être les deux sports qui gèrent le mieux leur reprise, contrairement au baseball où le nombre de cas dans certaines équipes, dont les Marlins, fait peur. Les joueurs du baseball sont exposés en retournant dans leur famille, ce qui n’est pas le cas de ceux du hockey et du basketball. Il faut se croiser les doigts pour que ça continue à bien aller. 

Vedettes un jour, vedettes toujours 

À travers la ligue, il y a des joueurs qui se sont mis en évidence en cette semaine de retour au jeu. Quand on parle de préparation, on parle de leadership. Les Ovechkin, Kucherov, MacKinnon ont repris là où ils avaient laissé. MacKinnon y est notamment allé d’un but spectaculaire. Pour moi, quand les joueurs vedettes se mettent en évidence, ils donnent l’exemple. Ce sont eux les leaders de leur formation. 

Parlant de leaders, c’est malheureux que l’entraîneur des Golden Knights, Peter DeBoer, n’ait pas encore décidé du sort de Marc-André Fleury avec tout ce qu’il a fait dans les dernières années à Las Vegas. Fleury ne veut surtout pas revivre la situation qu’il a vécue à Pittsburgh avec Matt Murray. 

Qu’arrivera-t-il avec les contrats ? 

Plus tôt cette semaine, les Bruins ont annoncé une prolongation de contrat de trois ans avec l’ailier droit Anders Bjork. À Montréal, il faut rappeler que Petry, Danault, Gallagher et Domi arrivent tous en fin de contrat. Comment Marc Bergevin va-t-il négocier ça quand on sait que le plafond salarial va demeurer inchangé à 81,5 millions $ l’an prochain ? Qui sera le premier appelé à négocier ? Les autres joueurs vont se servir du premier contrat accordé en exemple. 

En terminant, il y a 40 ans, j’étais embauché par les Nordiques et il s’agit de ma 30e année dans le monde des communications. Salutations aux lecteurs du Journal. Je vous souhaite un bon retour au hockey !