/investigations
Navigation

Les pires lacs du Québec: le quart des lacs a vu son état se dégrader

Au total, la province compte 18 lacs à l’article de la mort, soit trois de plus que l’an dernier

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier Réjean Vézina, président de l’Association de protection du lac à la Truite, près de Thetford Mines, déplore l’état du plan d’eau qui figure parmi les 18 pires au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Plus d’un lac sur quatre analysé l’an dernier par le Réseau de surveillance volontaire des lacs du Québec a vu son état se détériorer.

• À lire aussi: L’état des lacs se détériore

Sur les 827 lacs qui font partie du Réseau de surveillance, 394 ont fait l’objet d’analyses en 2019. Et dans 106 cas, la qualité de l’eau était moins bonne que ce qui avait été précédemment observé.

L’agriculture, les changements climatiques, la déforestation, les fosses septiques et l’engrais sont des facteurs qui peuvent accélérer la dégradation d’un lac.  

Au total, on compte maintenant 18 lacs considérés comme eutrophes et hyper-eutrophes (voir le lexique plus bas), soit les pires états possible. À ce stade, il y a lieu de s’alarmer.

Parmi eux, on trouve le lac à la Truite, situé à Irlande, près de Thetford Mines. 

« Lors des bonnes crues, des résidus miniers y sont déversés », explique Réjean Vézina, président de l’Association de protection du lac à la Truite d’Irlande (APLTI).

Des eaux usées

Le plan d’eau est aussi contaminé par le lisier et les eaux usées de la rivière Bécancour, qui s’y jette.

« La baignade n’est pas recommandée, car il y a des coliformes fécaux et quelqu’un pourrait être contaminé à l’E. coli et avoir la diarrhée », relate M. Vézina.

En 60 ans, environ 50 centimètres de sédiments se sont déposés au fond du lac.

Lueur d’espoir toutefois, la réfection du réseau d’égout et la construction d’une filière de désinfection à l’usine d’épuration du secteur de Black Lake, demandée par l’association depuis quelques années, a finalement été annoncée par Thetford Mines en décembre.

Seulement 47 des 394 lacs étudiés en 2019, soit 12 % d’entre eux, présentent une amélioration de la qualité de l’eau, dont le lac Mandeville.

COVID-19

La détérioration de l’état des lacs risque aussi d’être accentuée par la COVID-19, cette année.

Puisque la grande majorité des Québécois prennent leurs vacances au Québec cet été, le nombre d’embarcations sur les plans d’eau est plus élevé, soulignent les experts.

Il risque aussi d’y avoir plus de déplacements d’embarcations entre les lacs, ce qui contribue à propager les plantes aquatiques exotiques envahissantes.

Différents programmes de suivis de la qualité de l’eau et de restauration ont aussi été mis sur la glace, ces derniers mois, en raison du confinement. 

C’est le cas pour le lac à la Truite où un vaste projet d’échantillonnage des plans d’eau du bassin pour comprendre les causes précises de la pollution a été reporté à une date inconnue, se désole M. Vézina.

Même chose pour leur projet d’aménagement de bandes riveraines, une zone de plantes autour d’un lac qui agit comme un filtre pour les eaux de ruissellement, et de sensibilisation des producteurs agricoles à l’importance de ces dernières.  

Les 18 lacs à l’agonie  

Lac Abitibi

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, David Prince

Clerval, Gallichan, Palmarolle, Roquemaure, Sainte-Hélène-de-Mancebourg 

Eutrophe 


Lac Dufresnoy

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, David Prince

Rouyn-Noranda

Eutrophe 


Lac Rouyn

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, David Prince

Rouyn-Noranda

Hyper-eutrophe 


Lac Hervé (Hervé-Savard)

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, David Prince

Rouyn-Noranda

Hyper-eutrophe 


Lac Caron

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Sainte-Anne-des-Lacs 

Eutrophe  


Lac Shryer

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Sainte-Anne-des-Lacs 

Eutrophe 


Lac Roxton

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Roxton Pond 

Hyper-eutrophe  


Lac Bleu

Dossier Lacs du Québec
Photo Pierre-Paul Poulin

Ange-Gardien 

Hyper-eutrophe  


Lac à la Truite

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Irlande 

Eutrophe  


Lac Rond

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Saint-Joseph-de-Coleraine 

Eutrophe  


Lac Vert

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, Roger Gagnon

Saint-Ambroise (Saguenay–Lac-Saint-Jean)

Eutrophe  


Lac aux Canards

Dossier Lacs du Québec
Photo Jean-François Desgagnés

Saint-Raphaël, Saint-Vallier 

Hyper-eutrophe  


Lac Bécancour

Dossier Lacs du Québec
Photo Jean-François Desgagnés

Thetford Mines 

Eutrophe  


Lac à Vaillancourt

Dossier Lacs du Québec
Photo courtoisie, Alexandre D’Astous

Saint-Valérien 

Hyper-eutrophe  


Lac Saint-Charles

Dossier Lacs du Québec
Photo Jean-François Desgagnés

Saint-Charles-de-Bellechasse 

Hyper-eutrophe  


Lac aux Grelots

Dossier Lacs du Québec
Photo Jean-François Desgagnés

Saint-Évariste-de-Forsyth 

Eutrophe 


Petit lac Saint-François

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Saint-François-Xavier-de-Brompton 

Hyper-eutrophe  


Lac Lindsay

Dossier Lacs du Québec
Photo Martin Chevalier

Saint-Malo 

Eutrophe  

Lexique  

Tous les lacs vieillissent. Ce phénomène, c’est l’eutrophisation. Naturel à la base, il est maintenant très souvent accéléré en raison de la villégiature, des activités agricoles ou urbaines. Voici les 7 termes pour l’état d’eutrophisation des lacs, du meilleur au pire. 

Ultra-oligotrophe

Lac très jeune, très clair, profond et contenant peu de sédiments. 

Oligotrophe

Lac jeune, clair, profond et pauvre en éléments nutritifs comme le phosphore. Il contient peu de végétaux et est bien oxygéné. 

Oligo-mésotrophe

Lac clair. Les matières organiques comme les végétaux y sont toutefois un peu plus présentes. 

Mésotrophe

Les matières organiques tels les végétaux et les bactéries sont en augmentation. L’eau est légèrement trouble. Le lac démontre des signes de vieillissement. Il est à un stade intermédiaire d’eutrophisation.

Méso-eutrophe

L’eau est trouble. Le lac est dans un état intermédiaire avancé, mais pas encore tout à fait eutrophe. Des mesures pour limiter l’apport d’éléments qui nourrissent les bactéries et végétaux, comme le phosphore, sont recommandées. 

Eutrophe

Lac peu profond et trouble, fond vaseux avec une concentration excessive d’éléments nutritifs végétaux qui entraîne une prolifération d’algues et de cyanobactéries. Manque d’oxygénation qui peut entraîner la mort de certaines espèces. Des mesures pour limiter l’apport d’éléments nutritifs sont recommandées. 

Hyper-eutrophe

Stade très avancé d’eutrophisation. L’eau est extrêmement trouble, les concentrations de phosphore et d’azote sont très élevées et causent la présence excessive d’algues et de bactéries. Le lac est pratiquement devenu un marais, seules quelques espèces survivent, surtout des bactéries. L’écosystème s’appauvrit et meurt.