/sports/racing
Navigation

«Inexplicable...»

Une 9e place au goût amer pour Stroll

AUTO-F1-PRIX-GBR
Photo AFP Parti de la sixième place, le pilote québécois Lance Stroll s’attendait à livrer une meilleure performance au Grand Prix de Grande-Bretagne.

Coup d'oeil sur cet article

Que s’est-il passé entre vendredi et dimanche pour Lance Stroll ? Le principal intéressé cherche encore des réponses.

• À lire aussi: Mauvaise journée au bureau

Après avoir inscrit le chrono le plus rapide lors de la deuxième séance d’essais libres vendredi à Silverstone, Lance Stroll avait obtenu le sixième meilleur temps en qualifications le lendemain.

Classé au neuvième rang à l’issue d’un Grand Prix de Grande-Bretagne fertile en rebondissements, le pilote québécois n’a pas compris pourquoi sa Racing Point s’est montrée aussi chancelante dimanche.

« Je mentirais si je vous disais que je suis satisfait de ma prestation, a-t-il fait savoir sur les ondes du réseau britannique Sky Sports. Ce résultat est inexplicable. On aurait dû récolter beaucoup plus de points.

« D’autant plus que l’équilibre de la voiture semblait meilleur aujourd’hui que lors des jours précédents. Mais on a plutôt régressé et il faut savoir pourquoi. »

Pauvre Hülkenberg !

Il avait été appelé à la dernière minute jeudi pour remplacer au pied levé Sergio Pérez, dont le test à la COVID-19 s’est avéré positif. 

Mais le pauvre Allemand, qui n’avait pas piloté en F1 depuis neuf mois, devra encore patienter pour disputer le 178e Grand Prix de sa carrière.

Sa monoplace, dont le moteur a refusé de démarrer, n’a jamais quitté les puits de ravitaillement, et ce, avant même de pouvoir se diriger sur la grille de départ. Il s’était qualifié à une honorable 13e position.

« C’est dommage d’avoir été incapable de participer à la course, a-t-il déclaré. Les mécaniciens ont tout fait pour me permettre de courir, mais en vain. »

Tout laisse croire que Hülkenberg aura l’occasion de se racheter dès ce dimanche, encore à Silverstone, toujours en remplacement de Pérez.

Le film de sa course 

Départ

Lance Stroll s’élance de la sixième place à l’extinction des feux rouges, mais, chaussé de pneus médiums, il perd deux places dès le 1er tour au profit de Carlos Sainz et de Daniel Ricciardo dont les monoplaces sont équipées de gommes tendres plus performantes.

13e tour

Il effectue son premier et seul arrêt au puits de ravitaillement derrière la voiture de sécurité dont l’intervention est causée par la violente sortie de piste (sans gravité pour le pilote) de Daniil Kvyat. Il se retrouve neuvième quand le drapeau vert est agité.

37e tour 

Il double le Français Romain Grosjean, le seul pilote du plateau à ne pas s’être arrêté au puits de ravitaillement pendant le drapeau jaune, pour se hisser à la huitième position qu’il conservera pendant quelques tours. 

40e tour

« Mes pneus souffrent énormément, dit Stroll à son ingénieur de course. Je ne vois pas comment je vais résister aux pilotes derrière moi. » Parmi ceux-ci, Esteban Ocon se fait de plus en plus menaçant.

46e tour

Après avoir tenu tête courageusement à Ocon pendant quelques tours, Stroll se fait doubler par le jeune pilote français. Sa résistance, disons un peu limite, lui vaut un avertissement (drapeau noir et blanc) de la part des commissaires. Il ne sera toutefois pas pénalisé.

49e tour

Il perd une autre position pour se retrouver dixième quand un autre Français, Pierre Gasly, parvient à le dépasser. Se plaignant de pneus en mauvais état, il risque de perdre quelques autres positions avant l’arrivée.

52e tour

Stroll est doublé par Alexander Albon au tout dernier tour, mais les crevaisons subies un peu plus tôt par Valtteri Bottas et Carlos Sainz lui permettent de terminer 9e et d’inscrire deux points. Il en a maintenant 20 depuis le début de la saison, soit un de moins que sa récolte totale de 2019.