/news/transports
Navigation

C’est reparti pour l’audience publique sur le tramway de Québec

Pour la première fois, les gens sont admis aux séances de consultations

BAPE tramway
Photo Simon Clark La première séance de la deuxième partie de l’audience publique sur la construction du tramway n’a pas fait courir les foules, lundi soir, au Centre des congrès de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les séances de consultations sur la construction d’un réseau de transport structurant à Québec sont de retour, alors qu’une dizaine d’organismes et de comités de citoyens ont fait valoir leur opinion au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), lundi soir.

Soirée initiale de cette deuxième partie de l’audience publique, il s’agissait de la première fois que le public était admis pour prêter l’oreille. La première partie des consultations, en début juillet, avait été fermée physiquement aux citoyens, consignes sanitaires obligent.

La séance n’a néanmoins pas fait courir les foules, même avec le rehaussement de la limite de rassemblement à 250 personnes.

BAPE tramway
Photo Simon Clark

Mise à part la poignée de porte-parole d’organismes et de comités, aucun citoyen ne s’est présenté en personne. Il faut dire que la séance était également diffusée sur la chaîne MAtv Québec et en ligne.

Cette seconde partie permet maintenant aux intervenants d’exprimer leur opinion sur le projet et a fortiori de formuler des recommandations. Un constat unanime les ralliait lundi : le projet est nécessaire, mais la façon de procéder est perfectible, ont insisté plusieurs intervenants.

BAPE tramway
Photo Simon Clark

Protéger les arbres

Deux groupes ont notamment mis de l’avant l’importance d’épargner la flore aux abords du tracé de tramway.

C’est notamment le cas d’un regroupement de résidents du boulevard René-Lévesque Ouest, qui a dénoncé l’«erreur monumentale» qui serait faite si des dizaines d’arbres matures à valeur «patrimoniale» sont abattus.

«Ce n’est pas juste un numéro de lot sur un plan de cadastre. C’est un milieu de vie. [...] Il faut un plan d’intervention ciblé pour nos grands arbres», a demandé Danielle Chapleau, qui a porté la parole des résidents auprès de la présidente Corinne Gendron et des commissaires Antoine Morissette et Pierre Renaud.

Danielle Chapleau
Photo Simon Clark
Danielle Chapleau

À ce chapitre, des inquiétudes quant au transport de transit dans les quartiers résidentiels et quant au bruit du tramway, entre autres, ont été soulevées par des résidents auprès du panel.

Autre ombre au tableau : l’assurance que des logements abordables seront implantés à proximité du réseau de transport.

BAPE tramway
Photo Simon Clark

Le président de J’ai ma passe et ancien chef de la direction d’iA Groupe financier, Yvon Charest, a notamment proposé que la Ville de Québec devrait se fixer un objectif clair d’unités à développer.

«Il faudrait aller au-delà de ça, viser un certain résultat. Tout ce qui se mesure s’améliore», estime-t-il.

M. Charest fait partie des 18 signataires d’une lettre ouverte publiée lundi, provenant de représentants de commerces et de regroupements qui ont appelé à ce que le projet «se réalise sans tarder afin de redynamiser à court terme l’économie».

La Ville rappelée à l’ordre

La présidente Gendron a par ailleurs rappelé à l’ordre la Ville de Québec dans une lettre rendue publique lundi.

Elle a sommé le bureau de projet à fournir rapidement les réponses à 34 questions qui lui avaient été adressées par le BAPE.

La Ville a jusqu’à demain pour répondre à un premier bloc de questions, puis jusqu’à vendredi pour un second lot.

L’audience publique se poursuit en après-midi et en soirée au moins jusqu’à jeudi. Le rapport final du BAPE doit être achevé au plus tard le 5 novembre prochain.