/finance/business
Navigation

Fermeture redoutée de la scierie Arbec

Coup d'oeil sur cet article

La scierie Arbec de Port-Cartier cessera ses activités l’automne prochain, à moins d’un revirement de situation.

La compagnie n’a plus de client pour ses sous-produits qui s’accumulent sur son site depuis la fermeture en mars dernier de l’usine de pâte de Résolu à Baie-Comeau.

Cette usine était le principal acheteur des copeaux et sciure d’Arbec. On ignore quand elle reprendra ses opérations.

Le groupe Remabec, propriétaire de la scierie assure que tous les efforts ont été déployés pour éviter cette fermeture qui n’est pas définitive, a précisé le vice-président exécutif, Éric Bouchard.

«On a regardé différentes alternatives un peu partout à travers la planète et on avait bon espoir de conclure un contrat avec un importateur étranger, mais finalement, ça n’a pas abouti, a-t-il dit. On continue de chercher.»

À moins d’un changement majeur, le groupe Rémabec annonce la fin des activités à la fin octobre.

C’était une nouvelle que plusieurs redoutaient, mais qui ne surprend personne. Au total, 200 employés, dont 140 syndiqués, sont touchés.

Devant cette situation, la compagnie mise plus que jamais sur son projet de complexe intégré qui permettrait la transformation des sous-produits des opérations de sciage, notamment en granules.

Le projet qui permettrait de créer 240 emplois a reçu un appui fort sur la Côte-Nord.

«Même dans toute cette situation que l’on vit présentement, au moins, il y a une lueur d’espoir, il y a du positif», a déclaré le représentant national du syndicat Unifor Martin Dugas.

«La clé de tout cela, ça va passer par un complexe intégré pour être capable de passer les sous-produits», a affirmé le maire de Port-Cartier, Alain Thibault.

Le groupe Rémabec soutient que la réalisation du complexe intégré n’empêchera pas la vente de sous-produits à l’usine de Résolu advenant sa réouverture.

Le maire Alain Thibault souhaite que le gouvernement soit très attentif aux demandes du groupe Rémabec pour favoriser la concrétisation du complexe intégré.