/qubradio
Navigation

Inquiétude autour de l'achat d'une mine dans le Nord canadien par la Chine

Coup d'oeil sur cet article

Les inquiétudes relatives à l’achat de la mine Hope Bay, dans l’Arctique canadien, par l’entreprise chinoise Shandong Gold Mining Co sont légitimes, selon l’ex-ambassadeur du Canada en Chine Guy St-Jacques.

Alors qu’il était en entrevue avec Pierre Nantel à QUB radio, mardi matin, M. St-Jacques a rappelé que les investissements de la Chine dans l’industrie minière canadienne ne sont pas rares.

«Ce qui inquiète, dans ce cas-ci, c’est la localisation de la mine», a-t-il précisé. 

«Il pourrait y avoir des enjeux de sécurité. C’est situé à 160 km au nord du cercle arctique. [...] Ce que les gens vont craindre, c’est que, s’il y a une présence chinoise, ça pourrait permettre l’installation d’équipements qui pourraient monitorer les mouvements d’avions pour mieux connaître les mécanismes de défense canadiens, et je pense aussi que nos partenaires américains vont vouloir avoir leur mot à dire sur ça», a-t-il ajouté. 

Il soutient que cela fait un bon moment que la Chine s’intéresse au nord du Canada et à ses ressources. 

«[Les Chinois] s’intéressent aussi aux transports maritimes, parce qu’ils envoient beaucoup de produits vers l’Europe. S’ils pouvaient passer par l’Arctique, par le pôle Nord ou par le passage du Nord-Ouest, ça raccourcit le trajet d’à peu près trois semaines. Il y a donc des avantages commerciaux», explique-t-il.   

  • ÉCOUTEZ l’entrevue complète de Guy St-Jacques, à QUB radio, pour en savoir plus à ce sujet:    

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions