/news/coronavirus
Navigation

«Un pas dans la bonne direction»

Québec autorise les rassemblements extérieurs de 250 personnes

Coup d'oeil sur cet article

Les organisateurs de festivals se réjouissent de la décision du gouvernement du Québec d’en lever l’interdiction et d’autoriser les rassemblements extérieurs jusqu’à 250 personnes. « C’est un premier pas dans la bonne direction », juge le président du Regroupement des événements majeurs internationaux (RÉMI), Martin Roy.

• À lire aussi: IMV reçoit 4,75 M$ pour le développement de son vaccin anti-COVID-19

• À lire aussi: «As-tu vraiment besoin de faire la fête?», demande l'OMS aux jeunes

La distanciation sera encore de mise.
Photo d'archives, Raphaël Gendron-Martin
La distanciation sera encore de mise.

Ce feu vert aux festivals permettra enfin à tous de jouer selon les mêmes règles, applaudit M. Roy, qui cite l’exemple du cinéma.

« Il y avait une forme d’incohérence parce qu’à partir du moment où tu portais le nom festival, tu étais interdit, mais il y avait une possibilité d’aller voir un film dans une salle de 250 personnes. » 

  • ÉCOUTEZ la réaction d'Olivier Primeau au feu vert pour les festivals en entrevue avec Jean-François Baril à QUB radio:   

Selon le RÉMI, les festivals de cinéma d’automne, les événements en région de même que le festival Juste pour rire, qui prépare une édition hybride cet automne, sortent gagnants de cette annonce.

« Pour un événement comme le Festival de musique émergente en Abitibi, c’est une super nouvelle parce que c’était un vrai casse-tête étant donné qu’il a lieu du 2 au 6 septembre et qu’on ne savait pas si l’interdiction jusqu’au 31 août serait prolongée ou non. »

Le Groupe Juste pour rire a indiqué qu’il compte « offrir son festival cet automne en format hybride, incluant une portion en ligne gratuite présentant une programmation internationale, ainsi qu’une portion en salle avec des artistes québécois respectant les consignes sanitaires. »

De son côté, le Groupe CH, qui chapeaute les activités d’evenko et Spectra, a dit être en train « d’évaluer le tout pour nos événements ».

Règles à suivre

La ministre du Tourisme, Caroline Proulx.
Photo d'archives, Simon Clark
La ministre du Tourisme, Caroline Proulx.

C’est la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, qui a annoncé ce nouvel assouplissement dans les mesures visant à contrôler le coronavirus, mercredi, à Rivière-du-Loup. « C’est une première étape importante pour le redémarrage des festivals et des événements », estime-t-elle.

Les organisateurs devront toutefois s’assurer de mettre en place des mesures sanitaires pour éviter la propagation du virus. Ainsi, les participants devront pouvoir maintenir une distance de deux mètres entre eux. 

De la même façon, les entrées et sorties devront être contrôlées pour s’assurer que le nombre maximal de 250 personnes est respecté en tout temps et les organisateurs devront aménager des zones d’attente si l’événement compte plus d’un site.

Confiance

La ministre a confiance que les festivals ne deviendront pas des foyers d’éclosion. « Les organisateurs de festivals et d’événements sont des professionnels de la gestion de rassemblements, et je suis convaincue que cette reprise se fera de façon responsable. »

L’avenir de certains événements, dont le Carnaval de Québec, dépend de la participation populaire.
Photo d'archives, Pascal Huot
L’avenir de certains événements, dont le Carnaval de Québec, dépend de la participation populaire.

Martin Roy abonde dans le même sens. « Je suis confiant que les gens vont prendre ça au sérieux. L’avenir en dépend », dit celui qui entend poursuivre le dialogue avec le gouvernement en vue de la saison hivernale.

« La prochaine vague d’événements, c’est l’Igloofest à la mi-janvier, le Carnaval de Québec et Montréal en Lumière. Où en sera-t-on alors sur le plan sanitaire ? Il faut continuer de se parler parce que tout ça doit se prévoir bien à l’avance. »

Avec la collaboration de Patrick Bellerose et Marc-André Lemieux

Réactions prudentes  

Les organisateurs de certains festivals québécois ont réagi à l’annonce du gouvernement du Québec.

Anne  Hudon
Photo Simon Clark
Anne Hudon

« Cet assouplissement des règles sanitaires nous donne une meilleure prévisibilité pour les mois à venir. Toutefois, la capacité demeure un défi. Lorsque le moment sera opportun, l’augmentation du nombre de personnes permises permettra de donner un meilleur élan à divers projets. »

– Anne Hudon, présidente du Festival d’été de Québec


« Le FNC se réjouit de l’annonce de l’augmentation de la capacité d’accueil à 250 personnes pour les activités extérieures, qui lui permettra cette année d’offrir gratuitement au grand public la projection du film d’ouverture de sa 49e édition. »

– Nicolas Girard Deltruc, directeur général du Festival du nouveau cinéma de Montréal


« C’est une bonne nouvelle, mais notre site, qui est fermé, a une capacité maximale qui ne nous permettra pas d’accueillir plus de 70 ou 75 personnes. On n’a pas l’intention d’ajouter de nouveaux spectacles à la programmation en place pour le mois d’août. »

– Julien Pinardon, directeur général du Festival de la chanson de Tadoussac


« C’est un pas dans la bonne direction même si c’est évident que pour Piknic Électronik, la jauge de 250 personnes n’est pas idéale. Ça pourrait nous permettre de faire des petits clins d’œil d’ici la fin de la saison en organisant des petits rassemblements ou des captations. »

– Nicolas Cournoyer, cofondateur et directeur affaires publiques de Piknic Électronik