/misc
Navigation

L’égoïsme est une condition médicale

Coup d'oeil sur cet article

Enfin, c’est officiel, le masque n’est pas obligatoire dans les lieux fermés. C’est ce que confirme le gouvernement par le truchement de son fil Twitter.

Le 3 août, avec un seul tweet, le gouvernement est venu mêler à nouveau les cartes concernant le port du masque. 

Les mots magiques

Alors que les propriétaires de commerces, de restaurants et de bars s’évertuent à faire respecter le port du masque et la distanciation physique, les gestionnaires de communauté du gouvernement, la voix officielle du gouvernement, viennent leur tirer le tapis sous les pieds. 

En entrant dans un commerce, une personne exemptée doit seulement déclarer: «J’ai une condition médicale qui m’empêche de porter le masque.» 

Voilà! C’est tout. 

Pas besoin d’un billet de médecin, pas besoin d’une prescription, pas besoin d’explications. 

«J’ai une condition médicale qui m’empêche de porter le masque.» 

Je comprends que les détaillants de tout acabit ne sont pas médecins et qu’ils ne peuvent pas apprécier la gravité ou non d’une condition médicale, mais c’est pas un peu simpliste comme solution? 

L’égoïsme, est-ce que c’est une condition médicale? 

La stupidité, est-ce que c’en est une? 

Parce qu’en ce moment, il y a un nombre impressionnant d’individus pour lesquels ce sont les deux seules raisons de refuser de porter le masque. 

Ceci explique cela

En fait, depuis des mois, le gouvernement tourne autour du pot sur la question du port du masque obligatoire. 

On explique cette décision tardive en disant que la science évolue, mais c’est une explication qui ne convainc personne. 

La vérité, c’est non seulement qu’il n’y avait pas assez de masques disponibles, mais surtout qu’il n’y avait aucun moyen de faire respecter cette directive. 

Souvenons-nous que les policiers ont dû intervenir dans un Tim Horton’s parce qu’un client avait décidé de tester la directive et de faire un petit show de télé avec sa blonde. 

C’est évident que les effectifs policiers ont autre chose à faire que de gérer le trafic dans les commerces et que les propriétaires ne peuvent pas jouer les fiers-à-bras chaque fois qu’un récalcitrant veut faire son Steinberg. 

On se retrouve donc avec un décret que personne ne peut faire respecter. 

Mes droits, mes droits!

Pour certains «humanistes», il est soudainement primordial de défendre à tout prix les droits individuels de ceux qui ne veulent pas porter le masque. 

Bizarrement, ces militants ne font pas partie des marches pour les droits des LGBTQ, pour les droits des femmes à décider de leur corps, pour les droits des enfants ou pour les droits des pauvres à un logement décent. Ils n’ont pas non plus d’intérêt pour le droit à la sécurité des personnes vulnérables. Le seul droit qui les intéresse, c’est le leur. 

Les voilà servis, ils peuvent désormais assumer leur égoïsme pleinement. Ils n’ont qu’à déclarer «j’ai une condition médicale qui m’empêche de porter le masque» et à continuer de se regarder le nombril.