/news/currentevents
Navigation

Un homme arrêté pour menaces de mort envers Legault et Arruda

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de Sainte-Brigitte-de-Laval a été arrêté, mardi, pour avoir tenu sur les réseaux sociaux des propos menaçants à l’endroit du premier ministre du Québec, François Legault, ainsi que du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Le suspect, un homme dans la soixantaine, a été arrêté le 4 août, à la suite d’une plainte confidentielle adressée à la Sûreté du Québec (SQ).

«Les informations ont été acheminées au poste de la MRC de Jacques-Cartier de façon anonyme, puisque la personne craignait des représailles», indique Béatrice Dorsainville, porte-parole à la SQ.

Les propos rapportés sont des menaces de mort. La SQ a préféré ne pas donner davantage d’informations sur les menaces proférées par l’individu.

Ce sont des enquêteurs de la Division des enquêtes sur les crimes majeurs qui ont procédé à l’arrestation.

La suite en octobre

«Il a été interrogé puis libéré sous promesse de comparaître. Il reviendra en cour le 6 octobre prochain», précise la porte-parole.

L’homme doit également se soumettre à des conditions, soit de ne pas communiquer avec les personnes visées par ses propos menaçants et de ne plus tenir ce genre de discours sur les réseaux sociaux.

La semaine dernière, le Dr Arruda a porté plainte auprès de la Sûreté du Québec (SQ) relativement à la publication d’informations personnelles sur les réseaux sociaux par un autre individu

Fabrice Descurninges aurait publié sur sa page Facebook, l’adresse du domicile du directeur national de santé publique, ainsi qu’un numéro de téléphone, qui pourrait être le sien.

Un crime

«Le message que l’on veut passer, c’est que ce genre de propos tenus sur les réseaux sociaux ne sont pas pris à la légère, le Code criminel s’applique également sur ces plateformes. On trouve important de passer le message, car des gens semblent se croire à l’abri derrière leur clavier», souligne Mme Dorsainville.

«Les gens doivent prendre conscience que tu peux être arrêté et faire face à des accusations criminelles, que ce soit sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux», poursuit-elle.

Plusieurs arrestations

La SQ n’est pas en mesure d’indiquer combien d’arrestations il y a eu, relativement aux menaces à l’endroit de M. Legault et M. Arruda.

«Mais il y en a beaucoup», avance la porte-parole.

D’autres arrestations pourraient survenir puisqu’il y a plusieurs dossiers encore qui font l’objet d’une enquête.