/sports/soccer
Navigation

L’entraîneur du FC Dallas n’en peut plus d’attendre

L’entraîneur du FC Dallas n’en peut plus d’attendre
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Puisque le FC Dallas a été écarté du tournoi «La MLS est de retour» en raison de cas de COVID-19 dans l’effectif, l’entraîneur Luchi Gonzalez n’a pas dirigé un match officiel depuis maintenant cinq mois, ce qui joue sur son moral. 

Le dernier duel de sa troupe a eu lieu à domicile, face à l’Impact de Montréal, le 7 mars, soit avant le début de la crise sanitaire. Les deux équipes avaient fait match nul, 2 à 2.

Gonzalez était pourtant si près d’un retour à l’action. Son équipe avait déjà rejoint la «ville-bulle» d’Orlando au début du mois de juillet. Au moins une dizaine de joueurs de l’équipe ont contracté le virus, probablement avant leur arrivée en Floride, et Dallas a été contraint de se retirer du tournoi.

«Je n’ai jamais passé autant de temps sans entraîner dans un match qui compte, s’est désolé Gonzalez lors d’une vidéoconférence de son équipe, mercredi. Que ce soit une équipe de filles des moins de 10 ans, une équipe de l’école secondaire, l’académie du FC Dallas ou l’équipe première, j’ai beaucoup entraîné.»

Tout comme pour le Nashville SC, qui a dû quitter la «bulle» à cause du coronavirus, l’attente est longue. Gonzalez s’est occupé en regardant des matchs du tournoi; un couteau à double tranchant.

«J’ai regardé beaucoup de parties à Orlando, elles sont dures à regarder», a dit avec regret le pilote américain.

Pour l’heure, les joueurs de Dallas s’entraînent sans relâche, sans vraiment savoir quand reprendra la saison régulière de la Major League Soccer à la conclusion du tournoi estival. «Je me sens très bien avec la façon dont nous avons bâti notre effectif, pour l’identité et pour gagner. Mais nous avons besoin de matchs pour le tester, l’analyser et prendre les prochaines décisions. Nous y sommes presque», a poursuivi Gonzalez.

Fier de son vieux comparse

L’ancien patron de l’instructeur de 40 ans, Oscar Pareja, a poursuivi sa route en demi-finale du tournoi avec son Orlando City SC. Les deux hommes ont travaillé ensemble quelques années, lorsque Pareja entraînait le DC Dallas et que Gonzalez était directeur de l’académie.

«Je suis fier de “coach” Oscar et je suis heureux pour lui et son personnel, a-t-il déclaré. Avec Orlando en demi, je lui souhaite le meilleur. Oscar et ce personnel d’entraîneurs sont une inspiration pour moi, de l’académie jusqu’à mon premier travail d’entraîneur de la première équipe.»

«Mais j’ai aussi ce côté compétitif, je veux avoir l’opportunité de jouer contre ces équipes. Je veux mener notre équipe sur le terrain, mais je dois être patient, a-t-il une fois de plus rappelé. Ç’a été un gros test de patience pour mes joueurs et moi.»