/news/green
Navigation

Les rejets de la cimenterie inquiètent

Le député péquiste Sylvain Roy réclame une enquête de la Santé publique à Port-Daniel–Gascons

Cimenterie McInnis Port-Daniel
Photo d'archives Le ministère de l’Environnement a ouvert une enquête relativement aux rejets de poussière à Port-Daniel–Gascons.

Coup d'oeil sur cet article

Le député péquiste Sylvain Roy accuse la Santé publique de « dormir au gaz » dans le dossier des rejets de poussière collante qui affectent le voisinage de la cimenterie McInnis, en Gaspésie. 

Comme nous l’avons rapporté dans nos pages dimanche, depuis juin dernier, des pluies de poussière collante incommodent les résidents de Port-Daniel–Gascons. 

Ces derniers retrouvent souvent leurs voitures et leurs maisons couvertes d’une matière dont la texture rappelle le papier sablé. 

Raoul McInnis habite tout près de la cimenterie. Le mois dernier, il a constaté qu’un dépôt anormal reposait au fond de l’abreuvoir de ses poules. Malgré les nettoyages répétés, plusieurs de ses volailles sont mortes. 

Comme d’autres voisins, il s’est aussi mis à avoir la gorge irritée. « Je me suis aperçu qu’on avait toujours la gorge sèche, puis le nez sec, a raconté l’homme de 73 ans. Ma femme avec : elle s’est mise à tousser alors qu’elle ne tousse jamais. Alors je me suis dit : il y a quelque chose qui ne marche pas, certain ! » 

Inquiétude

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, s’en fait lui aussi pour la santé des Port-Daniélois. 

L’élu péquiste reproche à la cimenterie d’avoir multiplié des déclarations contradictoires, et surtout, d’avoir tardé
à signaler la situation au ministère de l’Environnement. 

Ce dernier a lui aussi tardé à agir, déplore M. Roy. Ce n’est que mardi dernier que des inspecteurs du Ministère se sont finalement rendus sur les lieux, alors que la cimenterie orchestrait à ses frais différentes opérations de nettoyage dans le secteur.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Enquête pénale

« À la suite des diverses vérifications effectuées, le Ministère a ouvert une enquête de nature pénale », a confirmé jeudi la porte-parole du ministère de l’Environnement, Sophie Gauthier. 

Quant à la Direction régionale de santé publique, c’est notre Bureau parlementaire qui leur a appris la nouvelle la semaine dernière.

« La Santé publique dort au gaz dans ce dossier-là, regrette M. Roy. Je ne sais pas pourquoi ils ne vont pas sur le terrain pour faire leur propre enquête, auprès de personnes qui prétendent avoir de la toux ou des problèmes de santé liés à ça. »

Des comptes à rendre

À l’instar du député de Bonaventure, la porte-parole de Québec solidaire en matière d’environnement, Ruba Ghazal, considère que la cimenterie a des comptes à rendre à la population gaspésienne. 

« Les Québécois ont investi collectivement plus de 800 millions $ dans la cimenterie de Port-Daniel–Gascons », a-t-elle rappelé. En conséquence, le gouvernement devrait obliger la cimenterie à mieux protéger la santé des Gaspésiens et à faire preuve de plus de transparence, plaide la députée de Mercier.