/news/currentevents
Navigation

Drame à La Conception: un père et sa fillette se noient

Il a essayé en vain de sauver son enfant emportée par les eaux, le tout sous les yeux de son fils de 6 ans

Coup d'oeil sur cet article

Un drame sans nom a décimé une famille vendredi avant-midi, dans les Laurentides, alors qu’un père s’est noyé en tentant de sauver la vie de sa fille de 4 ans qui venait de sombrer dans la rivière Rouge. 

« On a été dépêchés sur les lieux après qu’un garçon soit allé chercher de l’aide. Il a dit que son père et sa sœur étaient tombés à l’eau et étaient en train de se noyer », a raconté Benoit Martel, directeur de la Régie incendie Nord Ouest Laurentides.

L’événement a eu lieu vers 10 h 15 près d’une petite plage bordant la rivière Rouge, à La Conception.

Un père, sa fille de 4 ans et son garçon de 6 ans se sont rendus à cet endroit pour se baigner, vu le mercure qui grimpait.

Selon nos informations, la famille était en visite chez les grands-parents.

Les trois se baignaient lorsque la fillette a sombré dans l’eau. Double fin tragique, le père a été emporté par le courant en essayant de lui venir en aide. Témoin de la scène d’horreur, l’enfant de 6 ans se serait dépêché d’alerter des adultes.

Les effets personnels du père et de ses deux enfants se trouvaient encore sur la petite plage de la rivière Rouge, vendredi après-midi.
Photo Martin Alarie
Les effets personnels du père et de ses deux enfants se trouvaient encore sur la petite plage de la rivière Rouge, vendredi après-midi.

Pas aménagé

« Ce n’est pas une plage qui est aménagée pour la baignade. À cet endroit, il suffit de faire quelques pas dans la rivière, après ça descend rapidement dans des eaux profondes et il y a un fort courant », a précisé M. Martel.

En début d’après-midi, le corps inerte de la fillette a été repêché par un citoyen au camping de la Montagne D’Argent, qui borde la rivière Rouge. Des manœuvres de réanimation ont été effectuées, en vain. Son décès a été constaté à l’hôpital.

Quant au père de 44 ans, sa dépouille a été localisée vers 15 h. Son décès a également été prononcé à l’hôpital de Sainte-Agathe-des-Monts.

Pompiers, policiers, bateaux zodiaques ainsi que l’hélicoptère de la Sûreté du Québec se sont lancés à la recherche des disparus.
Photo Martin Alarie
Pompiers, policiers, bateaux zodiaques ainsi que l’hélicoptère de la Sûreté du Québec se sont lancés à la recherche des disparus.

« Une douche froide »

« Ça a mis tout le monde à l’envers ici », a témoigné Nathalie Lasalle, qui est installée pour l’été au camping de la Montagne D’Argent.

Celle qui est conseillère municipale à Saint-Jérôme a vu la fillette recevoir un massage cardiaque pendant de longues minutes.

« Ça a eu l’effet d’une douche froide sur tous les campeurs. Ça nous a fait prendre conscience qu’il faut être vraiment prudents près de l’eau. Malgré le déconfinement, qui nous donne envie de nous amuser, il ne faut pas baisser notre garde », a-t-elle confié, encore sous le choc.

Mélanie Taillefer, qui séjourne au même camping, a aussi été témoin de la déchirante scène, car son terrain se trouve près du lieu où l’enfant a été retrouvée.

« C’était tellement dramatique », a-t-elle laissé tomber.

« Il y a eu beaucoup de pluie dans les derniers jours, la rivière est haute. Et il y a plusieurs tourbillons de courant très forts », a raconté celle qui interdit à ses enfants de s’aventurer dans ce coin-là de la rivière.

Le corps de la fillette a finalement été retrouvé plus loin, à la hauteur du camping de la Montagne d’Argent, à La Conception.
Photo Martin Alarie
Le corps de la fillette a finalement été retrouvé plus loin, à la hauteur du camping de la Montagne d’Argent, à La Conception.

Pas de veste de sauvetage

Selon la Sûreté du Québec, le père et ses deux enfants ne portaient pas de veste de flottaison individuelle (VFI).

Alors qu’il intervenait sur les lieux de l’accident, Benoit Martel a vu une vingtaine de kayakistes sur l’eau, « tous sans veste de sauvetage. »

« Les gens l’avaient avec eux, mais dans le fond du kayak... Pourtant, le port d’une VFI aurait pu sauver une famille aujourd’hui », a souligné M. Martel.