/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Montréal n'atteindra pas le «zéro cas» de sitôt

Coup d'oeil sur cet article

Il faut s'attendre à ce qu'on continue à trouver des cas de coronavirus dans la métropole pendant un certain temps, même si la situation est bien meilleure actuellement qu'il y a quelques mois. 

• À lire aussi - La marche et le vélo en hausse à Montréal

• À lire aussi - Tous les développements de la pandémie de COVID-19

• À lire aussi - Lieux communs des immeubles résidentiels: le masque ne sera pas obligatoire

«On a une bonne capacité de contrôler les éclosions même si je ne pense pas qu'on va atteindre le zéro cas à Montréal», a mentionné vendredi la Dre Mylène Drouin, directrice de la Santé publique de Montréal.

Celle-ci accompagnait le Dr Horacio Arruda dans un point de presse visant à faire le bilan de la situation. Le directeur national de la Santé publique a mentionné que le système de santé de la métropole se prépare à faire face à une deuxième vague de cas de coronavirus, anticipée pour l'automne.

Il est, selon lui, «très, très peu probable qu'on retourne à un confinement total» à Montréal, en raison notamment des lourds impacts sociaux et économiques que cela implique.

Il n'a pas voulu dire si les élèves devraient porter le masque à l'école lors de la rentrée scolaire, se contentant de dire que des annonces en éducation seraient faites la semaine prochaine.

L'objectif pour les prochains mois est d’assurer l’accès au dépistage pour maintenir un niveau élevé de personnes qui se font tester. On vise aussi à poursuivre le travail d’enquête et de traçage des cas afin de les isoler et de limiter au maximum la transmission du virus, a-t-il énoncé.

Un centre contact a d’ailleurs été créé la semaine dernière à Montréal afin de collecter de l’information plus rapidement et d'effectuer des liens entre les cas et les différents milieux.

En parallèle, il importe de continuer à appliquer toutes les mesures préventives que l'on connaît, incluant le lavage des mains et la distanciation sociale, que le port obligatoire du masque ne remplace pas.

Le Dr Arruda a reconnu que Montréal avait été durement affectée par la maladie au cours des derniers mois et il espère que la propagation sera mieux contrôlée dans le cas d'une deuxième vague.