/news/transports
Navigation

Île d'Orléans: ces nouvelles photos montrent l'état lamentable du pont

Un citoyen s’inquiète des débris qu’il trouve régulièrement sous les piliers de l’infrastructure

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que des travaux d’urgence sont réalisés sur le pont de l’Île-d’Orléans et que la livraison d’un nouveau pont n’est pas prévue avant six ans, de nouvelles photos des piliers montrent l’état avancé de dégradation de cette structure en fin de vie. 

Le Journal s’est rendu il y a quelques jours sous les piliers du pont à marée basse en compagnie d’un citoyen inquiet. 

Natif de l’île d’Orléans, Philippe Castonguay se rend régulièrement sous le pont à marée basse pour marcher avec son chien. Depuis trois ans, il constate toujours avec un peu plus d’inquiétude à quel point les piliers du pont se dégradent. 

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

D’autres matériaux étant tombés du pont ont été regroupés par le marcheur au bas d’un pilier.
Photo Jean-François Desgagnés
D’autres matériaux étant tombés du pont ont été regroupés par le marcheur au bas d’un pilier.

À chacune de ses escapades sous le pont, M. Castonguay retrouve du béton, des boulons ou encore des armatures de métal qu’il regroupe près des piliers. Ce qui l’inquiète encore plus cependant, ce sont les trous et l’érosion dans la structure de béton qui laissent apparaître l’armature de métal. Le Journal a pu constater l’étendue des dommages. 

«Le béton éclate au complet, explique-t-il. À tous les piliers, il y a de la cochonnerie.»

L’érosion dans la structure de béton laisse apparaître l’armature de métal.
Photo Jean-François Desgagnés
L’érosion dans la structure de béton laisse apparaître l’armature de métal.

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Plainte à la Sûreté du Québec

C’est cependant le 26 juillet, lorsqu’il a trouvé plusieurs morceaux de scellant en caoutchouc servant d’isolant entre le béton et un anneau métallique entourant le pilier dans le fleuve, qu’il a décidé d’aller plus loin. «J’ai fait une plainte à la Sûreté du Québec contre le MTQ», rapporte-t-il. 

Voici un scellant en caoutchouc retrouvé par M. Castonguay.
Photo Jean-François Desgagnés
Voici un scellant en caoutchouc retrouvé par M. Castonguay.

«C’est la vie des citoyens qui est en jeu si le pont tombe», explique M. Castonguay, qui estime tout de même que sa plainte a bien peu de chance d’être entendue. 

Le ministère des Transports a déjà admis «gérer une fin de vie» quand il est question du pont datant de 1935. Or, les travaux d’entretien semblent s’accélérer depuis deux ans. 

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Après avoir investi 14,2 M$ depuis 2012, voilà que le ministère a fait des travaux importants de 5,9 M$ l’été dernier. Cet été, la restauration des joints de dilatation et l’asphaltage se feront jusqu’en septembre. La construction d’un nouveau pont n’est pas prévu avant six ans, selon la promesse du ministre des Transports qui a déjà repoussé l’échéancier une première fois.

Faible marge de sécurité, selon un ingénieur

«Ils sont sur l’élastique», constate avec évidence Jean Hémond, un ingénieur mécanique. «Rien qu’à voir, on voit bien», lance le retraité, utilisant une expression bien de chez nous. 

L’érosion dans la structure de béton laisse apparaître l’armature de métal.
Photo Jean-François Desgagnés
L’érosion dans la structure de béton laisse apparaître l’armature de métal.

M. Hémond, qui s’est longuement penché sur l’état du pont de Québec, ne veut pas trop s’avancer sur l’état réel du pont de l’Île, qu’il n’a pas étudié.

Par contre, l’annonce des mesures de mitigation faite ce printemps par le MTQ est pour lui un signe révélateur. 

Le 28 avril dernier, le poids maximal pour un camion semi-remorque qui peut emprunter le pont est passé de 57,5 tonnes à 48 tonnes. «Ça démontre qu’ils ont perdu de la marge de sécurité», conclut l’ingénieur à la retraite. 

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Le MTQ répète que malgré son âge avancé, le pont est «sécuritaire». «Jamais le MTQ ne va lésiner sur la sécurité des automobilistes», a répondu le porte-parole du ministère, Nicolas Vigneault. 

Pour sa part, le préfet de la MRC de L’Île-d'Orléans «s’en remet au MTQ» pour dire que le pont est sécuritaire. «Le ministère est extrêmement alerte quand il s’agit du pont de l’Île.»

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

Philippe Castonguay regroupe les pièces qu’il trouve lors de ses marches près des piliers du pont de l’Île-d’Orléans.
Photo Jean-François Desgagnés

PONT DE L’ÎLE-D’ORLÉANS   

  • Inauguration en juillet 1935  
  • Pont suspendu      
  • Longueur totale: 1,7 km  
  • Débit journalier: 11 800 véhicules      
  • Premier échéancier de la CAQ pour un nouveau pont: 2024  
  • Échéancier actuel pour la livraison du nouveau pont: 2027   

DES TRAVAUX FRÉQUENTS  

Été 2020

Les travaux aux joints de dilatation, combinés à l’affluence supplémentaire liée au tourisme dans le temps de la COVID-19, causent d’énormes bouchons de circulation. 

28 avril 2020

Nouvelle mesure de mitigation: le poids maximal pour un semi-remorque passe de 57,5 tonnes à 48 tonnes.

Été 2019

Des travaux majeurs de 5,9 M$ sont réalisés sur le pont pour son entretien.

1er octobre 2018

Trou dans la chaussée à la suite du bris d’un joint de dilatation. Pont fermé pendant 1 heure 30 minutes.