/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Les têtes à claques

Coup d'oeil sur cet article

Quand j’ai entendu dire que le climat de travail était « toxique » à l’émission de l’animatrice américaine Ellen DeGeneres, j’ai souri.

Je vous rassure tout de suite, j’ai tellement défendu le principe de la « présomption d’innocence » que je ne la condamne pas avant que les allégations aient été prouvées de manière irréfutable.

  • ÉCOUTEZ Sophie Durocher à QUB radio:

Mais avouez quand même que si la reine de « il faut être fin avec tout le monde » se révélait être une « pas fine », ce serait vraiment ironique.

Ça fait 30 ans que je côtoie le « merveilleux monde du show-business ». Si vous saviez le nombre de personnalités qui font dans leur vie privée le contraire de ce qu’ils ou elles prêchent devant une caméra.

QUI DIT VRAI ?

Au cours des derniers jours, au Québec, on a vu circuler des allégations visant les jumelles Carolane et Josiane Stratis, deux supposées « influenceuses de mode » que j’ai toujours trouvées habillées comme la chienne à Jacques. 

Alors que sur leur blogue ou dans leurs livres, elles prônaient des valeurs d’inclusion, de bienveillance et de tolérance, d’anciennes collaboratrices affirment qu’elles faisaient plutôt régner une atmosphère toxique.

Le 9 juillet, Josiane Stratis était interviewée par Radio-Canada au sujet de la vague de dénonciations et voici ce que le reporter Julien Amoureux écrivait : 

« La pandémie a permis à plusieurs de ‘‘faire la part des choses’’ », croit l’auteure Josiane Stratis, dont les publications incisives sur Facebook et sur Instagram en soutien aux victimes présumées ponctuent la vague.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Selon elle, « la pandémie a offert à plusieurs un temps d’arrêt et de réflexion au cours duquel ils se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas à l’aise dans leur milieu de travail ou leurs relations personnelles ».

Pendant les 30 dernières années, j’ai vu des animatrices supposément féministes, qui auraient hurlé si un homme les avait traitées d’hystériques, traiter leurs collègues féminines d’hystériques à la moindre occasion. 

J’en ai vu d’autres, qui dénonçaient le vilain patriarcat qui objectifie le corps des femmes, se promener en minijupe en minaudant devant les patrons. Ou se pencher devant eux avec leurs décolletés plongeants en battant des cils comme une biche. 

Vous souvenez-vous quand on a su que l’animateur radio de CBC Jian Ghomeshi aimait frapper ou étrangler les femmes ? Ghomeshi était pourtant le plus féministe-progressiste de tout le bottin des artistes torontois. 

À son émission, il se présentait constamment comme un « allié » de la cause féministe, le cœur sur la main. Le gars a même fait ses études à York... en études féministes, « Women’s studies » !

En termes d’hypocrisie, l’exemple vient d’en haut : on a à Ottawa un ancien prof de théâtre qui prêche l’antiracisme, mais qui a fait trois fois du blackface dans sa jeunesse.  

  • ÉCOUTEZ la chronique du jour de Sophie Durocher à QUB radio :  

LE CURÉ AU BORDEL 

À force de côtoyer des visages à deux faces, j’en suis venue à la conclusion suivante : méfiez-vous de ceux qui portent leur vertu en boutonnière, ceux qui font étalage de leurs bons sentiments, car ce sont les pires pécheurs. 

Comme un curé qui fait la morale à ses ouailles et qui s’empresse d’aller s’encanailler au bordel du coin. 

Dans ce « merveilleux monde du show-business », c’est trop souvent le règne du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ».