/news/society
Navigation

Des couples séparés réclament un visa spécial

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de Québécois qui tentent de faire venir leur conjoint au Canada étaient réunis, samedi à Montréal, devant les bureaux d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada pour demander la création d’un visa temporaire spécial adapté à la réalité de la réunification familiale.

• À lire aussi: Sans papa depuis quatre mois

• À lire aussi: La goutte qui fait déborder le vase

 César Murillo était parmi eux. S’il avait su qu’il devrait patienter au moins 16 mois avant que son épouse puisse le rejoindre au Québec, il aurait déménagé en Colombie depuis longtemps, dit-il. 

« Ce qui est le plus fâchant, c’est qu’on a donné la priorité aux équipes sportives et aux étudiants étrangers [durant la pandémie] », soutient le jeune homme, qui n’a pas vu sa femme depuis un an. 

« Les délais ont explosé. On n’a aucune idée de quand on va être mesure de se revoir », se désole pour sa part Charles Séguin, porte-parole du groupe Facebook à l’origine de la manifestation. 

Le Lavallois n’a pas pu serrer dans ses bras sa femme, originaire du Vietnam, depuis novembre.

Partout au pays

Un visa particulier, tel que le réclament ces Québécois qui parrainent leur conjoint, permettrait au moins à ceux-ci d’entrer au pays. 

« Attendre au Canada avec nos êtres chers, on est prêts à faire ça », assure M. Séguin.

Des manifestations similaires avaient aussi lieu à Ottawa, à Vancouver, à Toronto et à Edmonton afin de dénoncer les longs délais de traitement des demandes d’immigration et de revendiquer des solutions pour accélérer la réunification des familles.