/news/society
Navigation

Des voyageurs aux anges

De nombreux vacanciers qui ont choisi le VR sont sous le charme

Maude Dussault-Leclerc
Photo courtoisie Sébastien Paquin et Maude Dussault-Leclerc à Banff, avec une roulotte Prolite qu’ils ont louée.

Coup d'oeil sur cet article

L’expérience en VR séduit des vacanciers qui l’utilisent pour la première fois, a constaté Le Journal.

• À lire aussi: Guide pour les novices du VR

• À lire aussi: Vent de folie autour du VR

« Ce qu’on vit, même si on est en temps de COVID, ç’a pas d’allure. Quand on te donne des citrons, fais-en de la limonade ! » lance, pleine d’enthousiasme, Maude Dussault-Leclerc---, à partir de Banff, en Alberta.

Elle et son copain, Sébastien Paquin, avaient prévu passer un mois en Italie ce printemps, en sac à dos.

« Nous avons décidé de plutôt aller dans l’Ouest. Nous voulions au départ alterner entre la tente et l’hôtel, mais ça devenait compliqué. On s’est dit qu’il fallait être autonome. La roulotte s’est imposée. On peut la laisser au camping et c’est moins contraignant qu’un motorisé. »

Le choix s’est donc porté sur la location d’une roulotte Prolite, de fabrication québécoise. Le modèle Lounge, long de 15 pieds et d’un poids de 1485 lb, peut être tiré par son VUS Honda CRV et convient pour deux personnes. « J’ai appelé le 20 mai et le représentant m’a dit que j’étais chanceuse parce qu’il venait d’avoir une annulation ! », note-t-elle.

« J’ai appelé au début juin pour faire installer mon attache-remorque. J’ai eu mon rendez-vous le 29 juin. Quand j’attendais pour l’installation, la réceptionniste devait recevoir trois ou quatre appels à la minute. Elle m’a dit qu’en plus, les fournisseurs ne parvenaient plus à l’approvisionner ! »

Long voyage

Parti de Québec, le couple s’est arrêté à Banff, en Alberta. Il prévoyait ensuite aller à Kelowna, en Colombie-Britannique et à Jasper, avant de terminer son périple à Mont-Tremblant, un voyage de plus de 12 000 km.

« On est en train de se demander si on n’en achètera pas une dans les prochaines années. On irait peut-être vers une 21-25 pieds. C’est vraiment un charme, on est conquis. C’est vraiment facile à conduire », dit-elle, enchantée.

Ancien militaire, son conjoint a toujours associé le camping à la tente. « Aujourd’hui, je suis vendu [à la roulotte]. Ce matin en faisant mon café avec la machine de ma maison, ça m’est rentré dedans. Je bois mon espresso devant les montagnes ! » réalise Sébastien Paquin.

La Gaspésie en famille

Une autre famille a choisi de louer pour la première fois un motorisé de 30 pieds pour faire le tour de la Gaspésie.

Lorsque ses enfants étaient plus jeunes, Laurane Gagnon, de Baie-Saint-Paul, a souvent campé en tente-roulotte. 

Ce projet estival leur permet de tester ce type de véhicule avant d’en acheter un.

« Nous voulons en acheter un pour voyager lorsque nous serons à la retraite. Le modèle nous convenait pour trois personnes et il a beaucoup de rangement », explique-t-elle.

« La conduite n’est pas comme une auto. Il faut s’adapter lorsque la route est sinueuse, et lorsqu’il y a du vent, il faut tenir le volant à deux mains. Mais nous sommes aussi confortables que dans une auto. Nous pouvons aller où nous le voulons sans être réduits dans nos déplacements par la longueur du VR. De plus, nous avons toujours tout sous la main, comparativement à la tente qui reste au terrain de camping avec les bagages à l’intérieur. »

L’expérience a été suffisamment positive pour qu’elle veuille la répéter l’an prochain. « Nous aimerions en essayer un autre avec des extensions et un moteur avec plus de force, mais d’une longueur semblable à celui-ci », dit Mme Gagnon.