/weekend
Navigation

Premier roman de Lili Boisvert: un univers où les femmes dominent

Écrivaine Lili Boisvert
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Après s’être fait remarquer comme essayiste avec Le principe du cumshot, publié en 2017, la journaliste et animatrice Lili Boisvert a eu le goût d’explorer un monde imaginaire en écrivant un premier roman fantasy, Anan. Elle entraîne ses lecteurs dans un monde étrange où les femmes dominent, et où toutes ne sont pas nécessairement belles et gentilles. Comme dans les contes de fées, il y a des bons et des méchants, une quête, et beaucoup d’obstacles à franchir. 

Dans le premier tome de cette trilogie, Lili Boisvert fait découvrir le Continent, dominé depuis toujours par le royaume d’Anan, un état matriarcal aux armées invaincues. Cette contrée a fondé ses bases sur un système politique complexe et ce sont des prêtresses dotées de pouvoirs spéciaux qui assurent sa prospérité.

L’ordre en place est menacé lorsqu’un pays longtemps considéré sans importance et non menaçant devient agressif. Pour assurer une alliance militaire devenue indispensable, la souveraine d’un royaume rival exige d’épouser le fils de la reine d’Anan. Chaolih se verra confier une mission : conduire le prince à bon port, même si cela implique de traverser une forêt occupée par un peuple inquiétant, les Visiteurs.

Lili Boisvert, en entrevue, parle avec enthousiasme de ce roman qui lui a permis de travailler hors du cadre habituel, en abordant le genre «merveilleux» (fantasy). «Ce n’est pas quelque chose qui était délibéré. C’est une histoire qui a poppé dans ma tête. Après, j’ai réfléchi et j’ai constaté que c’était étrange d’inventer une histoire qui se passe dans un autre univers. Mais je pense que j’ai compris qu’inconsciemment, j’avais vraiment besoin de m’échapper de notre monde à nous.»

Bâtir un autre monde

Elle sentait le besoin de bâtir un monde différent, régi par d’autres codes, d’autres normes. «Je voulais que mes personnages soient dans des dynamiques qui sont différentes des nôtres.»

Lili Boisvert s’est lancée dans l’écriture romanesque au lieu de faire ce qui était initialement prévu : écrire un nouvel essai portant sur les enjeux de la sexualité, d’un point de vue féministe. «J’ai complètement bloqué. J’étais incapable de l’écrire. J’en ai tellement parlé que j’étais rendue au point où j’avais une écœurantite», confie-t-elle.

«Le roman est né de mon besoin d’aller dans un autre monde, de créer des règles qui sont différentes, et d’avoir un monde où les femmes sont aux commandes, et où le féminisme n’est même pas un enjeu.»

Elle est donc allée dans une direction opposée. «Je suis allée en fantasy parce que si j’avais écrit une histoire qui se passait dans notre monde réel, j’aurais eu des biais de journaliste, je me serais censurée, empêchée de parler de certains enjeux. Je ne voulais pas faire ça. Avec un monde que j’inventais, il n’y avait pas ces contraintes-là.»

Questionnements

Dans ce roman, elle explore d’autres dynamiques, à travers ses personnages qui évoluent dans un monde imaginaire, une société aux codes différents. Elle explique que les personnages des Visiteurs, qu’on soupçonne d’être cannibales, sont d’ailleurs partis d’une remise en question personnelle par rapport au véganisme et de la pression qu’elle sent d’être végane ou de limiter sa consommation de viande et de produits animaliers.

«Le livre est parti de beaucoup de conflits internes que j’ai, et que je voulais mettre dans une histoire où je me laissais une marge de manœuvre totale.»

Elle a beaucoup aimé l’expérience. «Je tripe! Ça faisait longtemps que je n’avais pas travaillé sur un projet qui me passionnait autant. J’aime vraiment ça: c’est une forme d’exutoire et je n’avais pas d’autre choix que d’aller là, à ce moment de ma vie. De me donner cette liberté.»  


♦ Lili Boisvert est journaliste, animatrice et auteure.

♦ Elle a publié l’essai Le principe du cumshot en 2017, chez VLB éditeur.

♦ Le prince est le premier tome d’une trilogie.

EXTRAIT  

<b><i>Anan, tome 1 : Le prince</i></b><br/>
Lili Boisvert<br/>
VLB Éditeur<br/>
376 pages
Photo courtoisie
Anan, tome 1 : Le prince
Lili Boisvert
VLB Éditeur
376 pages

«La rescapée... répète-t-elle, creusant dans ses souvenirs. Quelle était cette histoire, déjà?

C’était il y a une quinzaine d’années. Un bataillon, à la frontière de la Province, avait reçu ordre de traquer et de tuer un Visiteur qui avait massacré une famille de villageois des environs. Des soldats avaient été détachés aux abords de la forêt pour le cerner. Mais ce sont eux qui ont été pris au piège. Des Visiteurs – on ne sait leur nombre – ont neutralisé la quarantaine de militaires dans la nuit, sans un bruit. Certains auraient été dévorés vivants.»