/weekend
Navigation

Barcelone au temps des invasions

Coup d'oeil sur cet article

Barcelone n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui. En témoigne ce captivant roman historique, qui raconte tout ce que ses citoyens ont dû traverser et endurer au IXe siècle.

Une nuit d’orage, un monastère, un cimetière, des loups qui hurlent... Dès les premières lignes de ce pavé, on entre de plain-pied dans les heures les plus sombres du haut Moyen Âge. Des heures où les descendants de Charlemagne ne cessent de se faire la guerre, alors que des hordes de Sarrasins attaquent leur royaume de toutes parts. 

<strong><em>La Terre Maudite</em><br>Juan Francisco Ferrándiz</strong><br>Aux Éditions Robert Laffont,<br>688 pages
Photo courtoisie
La Terre Maudite
Juan Francisco Ferrándiz

Aux Éditions Robert Laffont,
688 pages

Située à l’extrémité sud, Barcelone commence ainsi drôlement à ressembler au petit village gaulois d’Astérix... parce qu’elle est la dernière cité du coin à résister encore et toujours. Mais à quel prix ! En 861, considérée comme l’endroit le plus dangereux du royaume, elle ne compte plus que 400 foyers. 

Pas étonnant qu’elle ait fini par devenir la terre maudite du titre...

En avant toute !

Mandé par l’archevêque Hincmar, conseiller du roi Charles le Chauve et plus puissant prélat de l’Église de Francie occidentale, le jeune et ambitieux prêtre Frodoi hésitera donc un court instant avant d’accepter de devenir le nouvel évêque de Barcelone. Car une fois là-bas, il devra se débrouiller pour terminer la cathédrale que son prédécesseur (paix à son âme !) n’a pas eu le temps d’achever, mettre un terme à toutes les célébrations religieuses mozarabes et accroître le nombre de chrétiens fidèles au rite romain. Tout ça en déjouant quantité de complots et en évitant si possible de se faire lui aussi assassiner ! 

Comme vous l’avez sans doute déjà compris, il y a là amplement de quoi remplir plusieurs centaines de pages captivantes. Et en plus, elles permettent de découvrir sans effort le IXe siècle à l’époque des Francs et des Goths.  

À lire aussi cette semaine  

Les femmes de

<strong>Caterina Bonvicini,</strong><br>aux Éditions Gallimard,<br>224 pages
Photo courtoisie
Caterina Bonvicini,
aux Éditions Gallimard,
224 pages

Entre sa mère, sa sœur, sa femme, ses filles, son ex-épouse et sa maîtresse, Vittorio n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Le soir de Noël, il aurait d’ailleurs dû être présent à leurs côtés. Sauf qu’il ne viendra pas, et ira jusqu’à leur annoncer par texto qu’il a besoin de prendre une année sabbatique loin de tout. À elles d’en déduire ce qu’elles veulent et, surtout, de se débrouiller sans lui. La suite est assez truculente !  

Piranhas

<strong>Roberto Saviano,</strong><br>aux Éditions Folio,<br>464 pages
Photo courtoisie
Roberto Saviano,
aux Éditions Folio,
464 pages

À Naples, dans le quartier de Forcella, il faut surtout se méfier des enfants. Inconscients du danger et soucieux de gagner un maximum de fric en un minimum de temps, ils tuent sur commande ou vendent de la drogue. Nicolas Fiorillo, 14 ans, est l’un d’eux. Mais contrairement aux autres, il pourrait bien un jour diriger son propre baby-gang. Déroutant, mais excellent.  

Peuples du monde

Collectif,<br>aux Éditions Prisma,<br>130 pages
Photo courtoisie
Collectif,
aux Éditions Prisma,
130 pages

À défaut de pouvoir voyager au loin, on peut toujours se rabattre sur les livres. Ou plus précisément, sur ce livre. Au fil de ses magnifiques photos grand format et ses textes souvent présentés sous forme de reportages, il nous trimballe aux quatre coins de la planète pour nous permettre d’approcher une tribu de Papouasie, les jeunes filles qui pratiquent la chasse à l’aigle dans les steppes mongoles ou les gauchos de Patagonie.  

Bocaux et conserves

Collectif,<br>aux Éditions Hachette,<br>224 pages
Photo courtoisie
Collectif,
aux Éditions Hachette,
224 pages

En ce moment, ce ne sont pas les fruits et légumes qui manquent sur les étals des marchés. Autrement dit, la saison des conserves est de retour ! Alors, que ce soit pour faire du ketchup maison, des petits oignons au vinaigre, du kimchi, des courgettes marinées, des conserves d’aubergines, de la confiture de cerises noires, de la gelée de mûres ou des poires au vin épicé, c’est le livre qu’il nous faut ! 

Frissons garantis 

Il était deux fois

<strong>Franck Thilliez</strong><br>Aux Éditions Fleuve,<br>498 pages
Photo courtoisie
Franck Thilliez
Aux Éditions Fleuve,
498 pages

Si l’on peut dire une chose de ce nouveau Thilliez, c’est qu’il commence de façon fort mystérieuse. En avril 2008, soit plus d’une trentaine de jours après que sa fille Julie a été portée disparue, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato ira en effet à l’hôtel de la Falaise avec la ferme intention--- d’en éplucher les registres et de passer au crible l’identité de tous les voyageurs qui étaient de passage à Sagas au moment du drame. Jusque-là, pas de malaise. Mais après s’être assoupi dans la chambre 29, Gabriel se réveillera au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Plus bizarre encore ? Toutes ces pages de calendrier qui se sont envolées en un clin d’œil...

Voyage dans le temps

En une seule nuit, Gabriel Moscato passera ainsi d’avril 2008 à novembre 2020. Ce qui veut dire qu’il a maintenant 55 berges et que la disparition de sa fille remonte à une bonne douzaine d’années. Oui, incroyable. Mais vrai. Car bien sûr, il y aura une explication parfaitement logique--- à ce saut brutal dans le temps. Tout comme il y aura aussi une excellente enquête à la clé puisque, quelle que soit l’étrangeté de sa situation, Gabriel ne pourra faire autrement que de continuer à rechercher activement Julie.