/sports/hockey/canadiens
Navigation

Tatar reste bien calme

Le Slovaque n’a pas inscrit son nom sur la feuille de pointage en quatre matchs face aux Penguins

HKN,HKO,SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-PITTSBURGH-PENGUINS
Photo AFP Tomas Tatar a été plutôt discret lors de la série face aux Penguins. Il espère se reprendre contre les Flyers.

Coup d'oeil sur cet article

Tomas Tatar a terminé au sommet des marqueurs chez le Canadien cette saison avec 61 points (22 buts, 39 passes) en 68 rencontres. L’ailier gauche de 29 ans n’a pas maintenu la même cadence sur le plan offensif lors du tour de qualification face aux Penguins de Pittsburgh, avec aucun point en quatre matchs.

Le CH a éliminé les Penguins sans la contribution offensive de ses deux ailiers du premier trio, Tatar et Brendan
Gallagher. Si le Slovaque n’a pas obtenu de points, Gallagher a récolté une seule passe. 

« Je dirais que la beauté des séries, c’est que ça peut arriver », a dit Claude Julien lors d’une visioconférence à l’hôtel Royal York de Toronto. « Ça peut arriver à toutes les équipes. Que ce soit Malkin à Pittsburgh ou d’autres joueurs avec d’autres formations. »

« Si tu as des joueurs qui prennent le relais, tu finis par partager les responsabilités offensives, a poursuivi Julien. Contre Pittsburgh, plusieurs joueurs ont connu une bonne série. Nous avions besoin de leur contribution. Sans ça, nous ne serions peut-être pas là. On aura une chance de revoir les Gallagher ou Tatar. Nous sommes habitués à les voir jouer des rôles importants. Ce trio, avec Phillip Danault ou Nick Suzuki, a quand même eu des chances de marquer. »

Quand Julien parle de chances de marquer, il fait probablement allusion aux 17 tirs de Gallagher en quatre matchs. Tatar, quant à lui, est demeuré plus discret avec seulement 5 tirs, dont aucun dans la première rencontre.

« Oui, je peux en donner plus [contre les Flyers], a répliqué Tatar. J’ai eu mes chances, mais je n’ai pas réussi à marquer. Pour être honnête, je ne m’inquiète pas avec cela. Nous formons une équipe soudée. Ça paraît mieux quand les statistiques sont meilleures, mais nous avions aussi d’autres rôles dans cette série et nous avons bien fait. Le plus important, c’est que l’équipe a avancé. » 

Kulak en confiance

À la ligne bleue, Brett Kulak s’est avéré une agréable trouvaille face aux Penguins. Même s’il avait manqué une bonne portion du camp en raison de son test positif à la COVID-19, le défenseur de 26 ans a tenu son bout dans un rôle de quatrième défenseur contre Sidney Crosby et Evgeni Malkin. Il a joué en moyenne un peu plus de 19 minutes (19:11) lors du tour de qualification. 

« J’ai manqué du temps, mais parfois quand tu reviens sans de grandes attentes, tu te concentres simplement à être prêt physiquement et à offrir du bon hockey, a expliqué Kulak. Je me suis laissé guider par mes instincts et j’ai profité de l’énergie des séries. »