/sports/hockey
Navigation

New York gagne la loterie Lafrenière

Les Rangers remportent la loterie pour le premier choix au repêchage et Alexis Lafrenière

Dossier Alexis Lafrenière_0093
Photo d'archives, Martin Chevalier Alexis Lafrenière quitte la LHJMQ par la grande porte. La prochaine qui va s’ouvrir pourrait être celle du Madison Square Garden.

Coup d'oeil sur cet article

Au mois de février 2018, Glen Sather et Jeff Gorton cosignaient une lettre aux partisans des Rangers de New York pour implorer leur patience. Les Rangers entraient dans une phase de reconstruction.

• À lire aussi: L’élève contre le maître

• À lire aussi: Fini le chialage contre Price!

On prédisait des années assez sombres à Manhattan. Mais le ciel des Rangers est déjà beaucoup plus ensoleillé un peu plus de deux ans plus tard. 

Les « Blue Shirts » ont reçu un cadeau pratiquement inespéré en remportant pour une deuxième année d’affilée l’une des trois loteries pour le repêchage. Mais cette fois, ils ont gagné le gros lot.

Un an après avoir grimpé du sixième au deuxième rang pour repêcher l’ailier finlandais Kaapo Kakko, les Rangers auront le tout premier choix au prochain repêchage. À moins d’une immense surprise, ils se tourneront vers l’ailier de l’Océanic de Rimouski, Alexis Lafrenière. 

« Quand tu obtiens le premier choix, c’est toujours un sentiment spécial, a dit Gorton, le directeur général de l’équipe. C’est une grande journée pour les Rangers. »

Le directeur général des Rangers der New York, Jeff Gorton.
Photo courtoisie, LNH
Le directeur général des Rangers der New York, Jeff Gorton.

« Nous étions la première équipe à sortir de la bulle à Toronto, a poursuivi Gorton. Nous n’étions pas heureux. Mais tu ne peux pas obtenir le premier choix très souvent. C’est une année spéciale. Quand j’ai vu la balle sortir, j’étais très heureux de voir le logo des Rangers. J’ai repensé à la lettre que nous avions composée pour nos partisans. Nous voulions reconstruire, nous savions que nous aurions besoin de chance. La chance est de notre côté depuis deux ans. »

Avec Panarin et Zibanejad 

Il y avait huit balles blanches dans le boulier de la LNH pour cette deuxième phase de la loterie. C’était les huit équipes éliminées au tour de qualification : les Penguins de Pittsburgh, les Oilers d’Edmonton, les Maple Leafs de Toronto, les Jets de Winnipeg, les Panthers de la Floride, le Wild du Minnesota, les Predators de Nashville et les Rangers.  

  • Écoutez la chronique sportive de Jean-Philippe Bertrand, journaliste et animateur à TVA Sports, à QUB Radio:   

Les huit formations avaient donc une chance sur huit (12,5 %) de gagner le premier choix. 

Il y avait donc une possibilité de voir Lafrenière aboutir à Edmonton avec Connor McDavid et Leon Draisaitl, à Toronto avec Auston Matthews, John Tavares et Mitch Marner ou à Pittsburgh avec Sidney Crosby et Evgeni Malkin. 

Le prodige originaire de Saint-Eustache se retrouvera finalement avec Artemi Panarin et Mika Zibanejad avec les Rangers. 

« C’est une très bonne nouvelle, a dit Lafrenière lors d’une visioconférence. New York a une très bonne équipe et c’est une belle ville. Ils ont de bons jeunes joueurs. J’ai de la chance. » 

Celui qui sera le premier choix au repêchage en octobre s’est entretenu avec les  journalistes, lundi.
Photo courtoisie, LNH
Celui qui sera le premier choix au repêchage en octobre s’est entretenu avec les journalistes, lundi.

Pour Lafrenière, c’était aussi la fin d’une longue attente. Le 26 juin dernier, jour de la première phase de la loterie, il s’attendait à connaître sa prochaine destination. Mais Bill Daly, l’adjoint au commissaire Gary Bettman, avait tourné le logo de la LNH, symbolisant que l’une des huit équipes éliminées au tour de qualification était pour recevoir le premier choix. C’était donc une équipe fantôme qui avait remporté le premier choix. Près de deux mois plus tard, on sait que le fantôme a pour nom, les Rangers. 

« C’était un long processus, a admis Lafrenière. J’attendais ce jour depuis déjà quelques semaines. C’est un soulagement. Je sais maintenant qui parlera au premier rang. J’ai regardé le tour de qualification. Il y avait de bonnes équipes dans la loterie, je trouvais ça excitant. » 

Un faux suspense

Gorton a refusé de dire ouvertement que les Rangers repêcheront Lafrenière le 9 octobre prochain. 

« Je proviens d’une école où j’aime mieux prendre du temps pour réfléchir, a expliqué le DG des Rangers. Je ne veux pas dévoiler exactement notre jeu. Je ne voulais pas parler à Alexis en entrevue avant de savoir le gagnant de la loterie. Je veux apprendre à le connaître, tout comme sa famille. » 

  • Écoutez la chronique de Jean-François Baril à QUB Radio:  

C’est toutefois écrit dans le ciel que l’équipe new-yorkaise fera confiance à celui qui a remporté la médaille d’or avec le Canada au plus récent Championnat du monde junior à Ostrava en République tchèque et qui a été élu le meilleur joueur junior de la LCH lors des deux dernières saisons. 

« Nous l’avons vu au Championnat du monde junior et à Rimouski. Il a un instinct de compétiteur en plus de beaucoup d’habiletés. Il n’a pas juste du talent. Son côté compétitif le distingue des autres. Il devient contagieux pour ses coéquipiers. » 

Les Rangers n’ont pas parlé au premier rang du repêchage depuis très longtemps. En 1963, ils avaient repêché André Veilleux dans un encan qui comptait seulement 11 choix. Une autre époque.  

L’ordre des 15 premiers choix  

  1. Rangers de New York  
  2. Kings de Los Angeles  
  3. Sénateurs d'Ottawa  
  4. Red Wings de Detroit  
  5. Sénateurs d'Ottawa  
  6. Ducks d'Anaheim  
  7. Devils du New Jersey  
  8. Sabres de Buffalo  
  9. Wild du Minnesota  
  10. Jets de Winnipeg  
  11. Predators de Nashville  
  12. Panthers de la Floride  
  13. Hurricanes de la Caroline  
  14. Oilers d'Edmonton  
  15. Penguins de Pittsburgh*   

 Au 3e rang, les Sénateurs d’Ottawa ont le choix de San Jose | Au 13e rang, les Hurricanes de la Caroline ont le choix de Toronto | *Les Penguins ont 7 jours pour décider s’ils garderont ce choix ou s’ils le céderont au Wild du Minnesota. 

À la découverte de Manhattan       

Dossier Alexis Lafrenière_0093
Photo d'archives, Martin Chevalier

Alexis Lafrenière a seulement 18 ans. On oublie parfois qu’il sort tout juste de l’adolescence. Mais on le comprend mieux quand il précise qu’il n’a jamais encore eu la chance de visiter New York.

Lafrenière aura bientôt la chance de découvrir les charmes de la Grosse Pomme. Le 9 octobre prochain, les Rangers feront de lui le premier de classe au repêchage de 2020. 

« J’ai hâte d’aller à New York, j’ai entendu de bons mots de cette ville de la part de mes amis, a dit Lafrenière. En plus, les Rangers sont une équipe avec beaucoup d’histoire, une équipe originale. »

À New York, l’ailier de l’Océanic de Rimouski plongera dans un très bon marché de hockey. Il aura le bonheur de patiner sur la glace du mythique Madison Square Garden. Mais il n’aura pas toute la pression du monde sur ses épaules, comme dans une ville comme Montréal, Toronto ou Edmonton. 

Les Rangers représentent une grosse ville de hockey, l’une des plus importantes aux États-Unis. Le hockey n’est toutefois pas l’unique centre d’attention à Manhattan. Il y a les Yankees et les Mets de New York au baseball. Il y a les Knicks de New York dans la NBA. Il y a les Giants et les Jets de New York dans la NFL. 

« C’est vrai que c’est une très grosse ville pour les sports, a dit Lafrenière. Il y a plusieurs équipes. C’est un marché de hockey, mais un marché de sports en général. J’ai hâte de regarder différents sports là-bas. J’ai hâte de voir ça. »

Bien entouré

Sur le plan hockey, Lafrenière sera aussi bien entouré avec les « Blue Shirts ». Il n’aura pas à transporter l’attaque de son équipe sur ses épaules dès ses premières saisons dans la LNH. 

Les Rangers ont déjà un noyau très intéressant avec les Artemi Panarin, Mika Zibanejad, Chris Kreider et le jeune Kaapo Kakko. À la ligne bleue, Jacob Trouba, Anthony DeAngelo, Adam Fox et Ryan Lindgren forment un bon « top quatre ». Devant le filet, le Russe Igor Shesterkin est un gardien prometteur.  

Questionné à savoir ce qu’il demandera à Panarin lors de sa première rencontre, le Québécois a offert une réponse assez logique.

« Je lui poserai des questions simples, comme sur la vie à New York, a-t-il répliqué. J’ai hâte de le connaître. » 

Avant la pandémie de la COVID-19, le repêchage devait se dérouler au Centre Bell à Montréal. Lafrenière n’aura pas la chance de vivre cet évènement chez lui. La LNH organisera un repêchage virtuel les 9 et 10 octobre.