/news/society
Navigation

Un Canadien sur deux estime que 2020 est la pire année de sa vie

Coup d'oeil sur cet article

L’année 2020, avec sa pandémie de COVID-19, en est décidément une à oublier pour plusieurs, alors qu’un Canadien sur deux affirme qu’il s’agit de la pire année de toute sa vie.

• À lire aussi: Rentrée scolaire: les parents demeurent inquiets

• À lire aussi: COVID-19: le Canada franchi le cap des 120 000 infections

• À lire aussi: Le masque obligatoire presque partout dans l’école

C’est du moins ce que rapporte un sondage Léger hebdomadaire commandé par La Presse Canadienne, mené entre le 7 et le 9 août 2020 auprès de 1513 Canadiens et 1003 Américains.

«C’est énorme [comme chiffre], considérant que ces personnes ont pris en compte toutes les difficultés qu’ils ont eues dans leur vie et qu’ils croient tout de même que cette année est la pire de toutes», observe le président et fondateur de la firme, Jean-Marc Léger. 

La situation est un peu plus importante (56 %) chez les jeunes adultes de 18 à 34 ans. Selon M. Léger, cette donnée pourrait s’expliquer par le fait que les plus vieux «en ont vu d’autres», alors que les jeunes vivent l’une de leurs premières crises majeures.

Aux États-Unis, la gestion de la crise sanitaire du président Trump, pointée du doigt à plusieurs reprises, semble avoir joué dans la tête de ses citoyens. Ce sont près de 60 % des Américains qui disent n’avoir jamais eu une année aussi difficile.

Peur de la COVID

Par ailleurs, même si les déconfinements se succèdent à travers la planète, la crainte de contracter la COVID-19 demeure très importante chez les Canadiens. 

«Après avoir diminué grandement en juin, celle-ci a connu une augmentation importante à la fin juillet. Et ça touche tout le monde, autant les plus jeunes que les plus vieux», précise M. Léger.

Étrangement, même si le Québec est la province la plus touchée par la pandémie au pays, c’est aussi à cet endroit qu’on a le moins peur de la maladie, et de loin (43 %). 

La possibilité d’un retour à un confinement à domicile au cours des prochains mois et la menace d’une deuxième vague imminente sont également deux aspects de la crise sanitaire qui tracassent une forte majorité de la population canadienne.

Traqué

L’une des stratégies du gouvernement fédéral visant à enrayer et mieux contrôler la prolifération du nouveau coronavirus est la création de l’application Alerte COVID.

Or si près de trois personnes sur quatre considèrent qu’il s’agit d’une bonne idée, seulement 27 % d’entre elles font confiance au bon fonctionnement de celle-ci.

Si c’est au Québec qu’on tarde le plus à télécharger l’application, c’est également dans la Belle Province qu’on fait le moins confiance au gouvernement à l’égard de cette dernière. Trois Québécois sur cinq sont convaincus que l’application recueille des données permettant de les géolocaliser, même si le gouvernement a affirmé le contraire.

Mentionnons toutefois que la satisfaction des Canadiens envers le fédéral, quelle que soit leur province, demeure assez élevée et qu’elle se maintient depuis le début de la crise. Au Québec, François Legault a toujours la cote avec un taux de 84 % de satisfaction.


Pire année jamais vécue

1. Jusqu’à présent, l’année 2020 est-elle la pire année que vous n’ayez jamais vécue ?

◆ Canada     

  • Oui : 50%     
  • Non : 50%          

◆ Québec     

  • Oui : 46 %     
  • Non : 54 %          

Deuxième vague du virus

2. Croyez-vous qu’il y aura une seconde vague du virus ?

◆ Canada     

  • Oui : 78 %     
  • Non : 9 %     
  • NSP/Refus : 13 %          

◆ Québec     

  • Oui : 77 %     
  • Non : 13 %     
  • NSP/Refus : 11 %          

Peur de contracter le virus

3. Avez-vous personnellement peur de contracter la COVID-19 (Coronavirus) ?

◆ Canada entier     

  • Très peur : 15 %     
  • Assez peur : 40 %     
  • Pas vraiment peur : 32 %     
  • Pas peur du tout : 11%          

Total peur : 55 % dont 58 % des 18-34 ans


Méthodologie

Réalisé auprès de 1513 Canadiens et 1003 Américains de plus de 18 ans, entre le 7 et le 9 août 2020 à l’aide de la technologie d’interview Web assistée par ordinateur CAWI. La marge d’erreur est de plus ou moins 2,52 %, 19 fois sur 20.

Aluminium et colère     

Donald Trump
Photo AFP
Donald Trump

L’annonce des tarifs d’imposition des États-Unis sur l’importation d’aluminium canadien, le 6 août, a été reçue comme une douche froide au pays. Avec 90 % de la population du Canada qui est en désaccord avec la décision du président américain Donald Trump, la grogne se fait sentir. C’est au Québec, où la majorité de l’aluminium du pays est produit, que le désaccord est le plus important, à 94 %. 

À un tel point que 83 % des Québécois espèrent que le Canada réplique en imposant des produits d’importation américaine. Il s’agit d’une différence de 13 points de plus par rapport à la moyenne du pays. 

La mémoire courte      

Justin Trudeau
Photo REUTERS
Justin Trudeau

L’impact du scandale WE Charity semble avoir fait son temps après avoir éclaboussé le Parti libéral du Canada, en juillet, faisant dégringoler la popularité de Justin Trudeau. Les intentions de vote sont passées de 39 % le 19 juillet à 35 % le 26 juillet et, finalement, à 33 % le 4 août. Or, la chute n’aura duré que quelques semaines, puisque les intentions de vote en faveur du Parti libéral sont remontées à 36 %, en date d’hier.

Dans la Belle Province, 35 % des Québécois éliraient le Bloc Québécois si des élections fédérales devaient se tenir aujourd’hui, une augmentation de 2,5 % par rapport aux élections d’octobre 2019.