/news/politics
Navigation

Des aspirants chefs veulent des «Équipes Québec»

Paul Saint-Pierre Plamondon se fait emboîter le pas par Sylvain Gaudreault pour la création d'équipes nationales du Québec

GEN-OLIVIER-GIGNAC-PQ
Photo d’archives, Agence QMI Les candidats à la chefferie du PQ, Paul St-Pierre Plamondon (photo), et Sylvain Gaudreault se sont inspirés des analyses de l’ancien hockeyeur Robert Sirois pour doter le Québec d’équipes sportives nationales.

Coup d'oeil sur cet article

Des équipes sportives nationales du Québec doivent faire leur entrée sur la scène internationale, ont réclamé tour à tour les candidats à la direction du Parti Québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon et Sylvain Gaudreault. Ils ont distinctement promis de faire atterrir cette idée dès un premier mandat.

• À lire aussi: Trois débats organisés pour la chefferie du PQ

Que ce soit au hockey, au soccer, au baseball ou au curling, entre autres, il ne faut qu’un peu de volonté pour que le fleurdelisé fasse la compétition aux nations du monde entier dans quatre ans, estime Paul Saint-Pierre Plamondon. 

Ce dernier entrevoit des compétitions où lutteront des athlètes sous le fleurdelisé, dès 2024. 

Selon lui, le fait de doter le Québec d’équipes nationales serait « un outil de relations internationales, de marketing et de cohésion sociale à un moment où ça ferait du bien ».

« En empêchant le Québec d’avoir ses propres équipes, on étouffe notre existence et on étouffe une occasion de tous se sentir Québécois », fait valoir M. Saint-Pierre Plamondon.

Faisable

Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, a emboîté le pas à son concurrent, mardi, en y allant du même engagement. « On est dans le même parti, ce n’est pas pour rien », lance M. Gaudreault en entrevue au Journal.

Les deux candidats s’inspirent largement d’un ouvrage à paraître le 12 septembre, « Équipe nationale du Québec : un projet rassembleur et identitaire », écrit par l’ancien hockeyeur professionnel Robert Sirois. 

M. Sirois a lancé en 2013 la Fondation Équipe-Québec pour faire la promotion de cette initiative. Le gouvernement de Pauline Marois — qui est devenue la première membre de l’organisation après sa fondation — l’avait d’ailleurs mandaté pour étudier la faisabilité d’un tel chantier.

« Ce sont des projets qui ont été abandonnés en raison de la durée limitée de ce gouvernement-là, mais le chantier est déjà commencé », souligne « PSPP », qui imagine déjà le « party » occasionné par un éventuel affrontement Canada – Québec au Championnat du monde junior de hockey des moins des 20 ans.

« Dans le contexte actuel de la COVID, on a besoin de sortir un peu des enjeux de santé publique qui sont extrêmement importants. On a besoin de points positifs pour se rassembler », opine pour sa part Sylvain Gaudreault.

Les deux candidats font valoir qu’une motion adoptée sous le gouvernement de Stephen Harper en 2006, qui reconnaissait que « les Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni », est l’un des éléments soutenant la faisabilité de former des délégations québécoises.

Janvier 2017

Des manifestants se font voir devant le Centre Bell, pendant le championnat mondial de hockey junior, pour réclamer la création d’une délégation québécoise des moins de 20 ans.

Février 2019

Le chef intérimaire du PQ Pascal Bérubé appuie l’idée de la création d’équipes nationales du Québec

Juin 2019

Le gouvernement de la CAQ rejette une motion de la députée péquiste Mégane Perry Melançon visant la création d’équipes nationales du Québec

74 % des Québécois seraient favorables à la mise en place de sélections nationales québécoises *

* Source : Sondage Léger mené pour la Fondation Équipe-Québec du 7 au 11 février 2020

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.