/misc
Navigation

Kamala Harris colistière: Joe Biden joue la trappe

Kamala Harris
Photo AFP Kamala Harris

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir fait durer le suspense un peu plus longtemps que prévu, Joe Biden a finalement annoncé que Kamala Harris l’accompagnerait sur le ticket démocrate.

De toutes les candidates considérées, la sénatrice de la Californie est celle qui présentait le profil le plus rassurant dans le contexte actuel. À maintes reprises, j’ai souligné ses nombreuses qualités et ses compétences. À 55 ans, elle représente une nouvelle génération, un compromis intéressant entre les éléments les plus progressistes de la formation politique et les démocrates plus près du centre. 

L’ancienne rivale de Biden pendant les primaires présente également une bonne feuille de route et assez d’expérience pour conforter les électeurs qui remettent en question la santé du candidat démocrate. Son passé de procureure générale de la Californie et ses nombreuses interventions au Sénat ont démontré qu’elle sera difficile à ébranler lors d’un éventuel débat face à Mike Pence. 

S’il semble que Kamala Harris a su convaincre Joe Biden qu’elle lui serait loyale et qu’elle a contribué à garnir les coffres de la campagne en Californie, il n’en demeure pas moins qu’elle constitue un choix plutôt évident et prudent. 

Depuis qu’il est devenu officiellement le candidat démocrate, Joe Biden mène une campagne sage, il pratique un jeu défensif. La plupart du temps confiné à son sous-sol, il tente d’éviter les faux pas et préfère laisser Donald Trump s’emmêler dans ses pinceaux. À l’évidence, son équipe et lui sont satisfaits des sondages qui indiquent depuis quelques semaines qu’on pourrait très bien espérer plus qu’une victoire dans les états pivots habituels. 

Les stratèges démocrates sauront exploiter habilement une candidature qui est déjà historique. Kamala Harris n’est que la troisième femme dont le nom apparaît sur un ticket présidentiel, après ceux de Geraldine Ferraro en 1984 et Sarah Palin en 2008. Elle devient la première femme noire, mais aussi la première femme ayant des origines indiennes. On prétendra avec raison que Biden a respecté ses promesses et qu’il n’a pas eu peur de s’adjoindre une candidate forte et ambitieuse. 

Il faut cependant reconnaître que le choix de Kamala Harris était assez convenu. Si on a tenté de faire diversion ou de tester quelques ballons d’essai ici et là, peu d’observateurs sont surpris par l’identité de la colistière. Cette sélection comporte bien de peu de risques. Elle démontre que Biden a bon espoir de l’emporter et qu’il ne souhaite que préserver ses acquis. 

Loin de surprendre, le choix de Kamala Harris indique finalement que le candidat démocrate pense déjà à ce qu’il fera une fois élu. Il vient de rassurer bien des observateurs et il pourra compter sur la collaboration d’une femme douée qui pourra lentement commencer la préparation de la présidentielle 2024. 

Pour une rare fois, les démocrates présentent un front uni, leur désir de renverser Trump reléguant leurs habituelles querelles au second plan. S’ils se serrent les coudes et qu’ils évitent les erreurs, on peut cependant s’interroger sur les risques d’une stratégie aussi prudente dans l’ensemble. Si l’attaque n’est pas toujours la meilleure défensive et qu’on peut parfois forcer des erreurs de l’adversaire, il faut toutefois s’assurer de marquer suffisamment de buts.