/news/education
Navigation

Une offensive pour contrer le décrochage scolaire à la rentrée

Coup d'oeil sur cet article

Une vaste offensive sera lancée en début de semaine prochaine afin de convaincre les jeunes de retourner en classe, alors que plusieurs craignent une hausse du décrochage scolaire à la rentrée dans un contexte de crise sanitaire « sans précédent ».

« La priorité pour les prochaines semaines est de ramener chacun de nos jeunes sur les bancs d’école », lance Andrée Mayer-Périard, présidente du Réseau québécois pour la réussite éducative, qui coordonne cette initiative.

Les élèves du secondaire n’y ont pas mis les pieds depuis quatre mois, alors que les interruptions de fréquentation scolaire représentent souvent des moments clés pour un jeune qui songe à décrocher, souligne-t-elle. 

Le retard scolaire accumulé par plusieurs jeunes pendant cette période pourrait en décourager plus d’un.

La campagne sera lancée lundi et s’échelonnera sur trois semaines.

L’opération

Il s’agira d’une édition toute spéciale des Journées de la persévérance scolaire, qui se déroulent habituellement en février, chaque année.

« On fait un appel encore plus grand qu’à l’habitude à la population et au grand public pour nous soutenir dans cette campagne, puisque les jeunes ne sont pas à l’école, et l’enjeu, c’est de les y ramener », affirme Mme Mayer-Périard.

Des publicités seront diffusées à la radio et à la télévision, des capsules vidéo circuleront sur les réseaux sociaux où des jeunes viendront témoigner de leur expérience.

Les employeurs sensibilisés

Un appel particulier sera fait aux employeurs, pour leur rappeler que les jeunes qu’ils ont embauchés au cours des derniers mois doivent retourner à l’école.

Des initiatives différentes s’organisent aussi selon les régions. À Montréal, l’offensive mettra aussi en scène des pédiatres et des intervenants de la santé publique.

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, une tournée en minivan visera à sensibiliser les parents à leur rôle dans l’accompagnement de leurs jeunes. 

Mme Mayer-Périard précise qu’une attention toute particulière doit être portée envers les élèves qui auront à vivre une transition, que ce soit l’entrée à la maternelle, au secondaire ou encore au cégep, dans des conditions tout à fait exceptionnelles.

Cette initiative est appuyée financièrement par le ministère de l’Éducation et plusieurs autres donateurs.